Le succès passera par Roy, Audette et Fitzpatrick

Daniel Audette... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

Daniel Audette

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) «On ne gagnera pas la coupe Memorial cette année!» Voilà une phrase que l'organisation du Phoenix de Sherbrooke se plait bien à lancer à l'occasion cette saison.

Est-ce que cela insinue que le Phoenix visera les grands honneurs la saison prochaine? Chose sûre, c'est qu'à la naissance de l'équipe, la direction avait en tête un plan bien précis : amener le club à maturité lors de la saison 2015-2016. Et c'est bien parti.

Un travail remarquable a effectivement été réalisé par l'équipe de dépisteurs et par le directeur général Patrick Charbonneau lors des trois premières saisons.

Dès la séance de sélection de 2012, un certain Daniel Audette s'est joint à la formation. Malgré sa petite taille, le Phoenix n'a jamais hésité. Et ce, même si Alexis Pépin, plus grand et plus costaud, aurait pu devenir le premier joueur à monter sur la scène du Colisée.

Depuis, Daniel Audette a fait ses classes et a su étaler tout son talent, ce qui lui a valu d'être sélectionné en 5e ronde (147e) par le Canadien de Montréal. Et quand Daniel Audette joue bien, le Phoenix gagne. Il en a déjà fait beaucoup pour son club, mais le meilleur est à venir.Le cas Jérémy RoyL'année suivante, avec un peu de chance, le Phoenix a pu ajouter au 4e rang un jeune défenseur surdoué, qui aurait dû être sélectionné plus tôt.

Jérémy Roy a réussi à épater la galerie par la suite. Assez pour être classé aujourd'hui au 23e rang chez les espoirs de l'Amérique du Nord en vue du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey.

Si les étoiles sont alignées en sa faveur, il pourrait bien devenir le premier représentant d'un club junior sherbrookois à être choisi au 1er tour dans la LNH depuis Jocelyn Thibault (10e choix) en 1993 avec les Nordiques.

Sherbrooke n'a d'ailleurs jamais vu l'un de ses défenseurs ou attaquants être repêché en 1re ronde dans l'histoire du hockey moderne.

Sinon, il y a bien sûr eu Mathieu Dandenault (2e tour) en 1994, Christian Dubé (2e tour) en 1995, Jean-François Fortin (2e tour) en 1997 et Dimitri Afanasenkov (3e tour) en 1998.

Certains nommeront Alex Bourret (16e choix de la 1re ronde), mais il avait déjà quitté les Castors depuis deux ans pour rejoindre les MAINEiacs de Lewiston.

Si les formations professionnelles tournent légèrement le dos aux candidats européens et font fi du gabarit des défenseurs lors du repêchage 2015, Roy pourrait très bien entendre son nom sortir des haut-parleurs lors de la première soirée. Tout dépend aussi des besoins de chaque formation.

Sinon, il devra attendre au lendemain, en 2e ronde. Ce que je crains.

Quoi qu'il en soit, Roy a la possibilité de devenir le joueur repêché le plus tôt après Jocelyn Thibault, ce qui prouve à quel point le Phoenix possède entre ses mains tout un joyau. Fitzpatrick, un numéro 1 cette saison?Lorsque Evan Fitzpatrick a été repêché dans la LHJMQ le printemps dernier, certains prétendaient que le circuit n'avait pas accueilli un aussi beau projet devant les buts depuis Roberto Luongo. La barre était haute.

On peut toutefois dire que, jusqu'à maintenant, il a livré la marchandise. Ses statistiques sont même meilleures que celles de Luongo à sa première saison. C'est pour tout dire.

Le 4e choix de la ronde initiale en 2014 a connu d'excellentes sorties dernièrement, obtenant même deux départs consécutifs.

Pourrait-il voir plus d'action d'ici la fin de saison? Oui. Allant même jusqu'à disputer des parties éliminatoires? «C'est possible», se limite à dire son entraîneur Judes Vallée, sachant qu'il est encore tôt et que le numéro 1 actuel, Alex Bureau, se débrouille plutôt bien.

En misant sur ce trio de joueurs lors des trois dernières années, le Phoenix s'est offert une chance de faire parler de lui d'un océan à l'autre durant la campagne 2015-2016.

Son succès passera alors par eux. La recette semble gagnante. Voilà pourquoi l'an prochain, je vous garantis que les amateurs n'entendront pas cette fameuse phrase : «On ne gagnera pas la coupe Memorial cette année»...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer