Fitzpatrick en pleine évolution

Evan Fitzpatrick... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Evan Fitzpatrick

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Phoenix de Sherbrooke n'a pas toujours eu le luxe de pouvoir compter sur deux solides portiers devant les buts. On peut dire que cette fois, Evan Fitzpatrick et Alex Bureau forment un duo d'enfer.

Dès le début de la saison, Bureau a obtenu le vote de confiance de la part de ses entraîneurs. À l'âge de 18 ans, il agit à titre de gardien numéro un de l'équipe. Un statut qu'il a officiellement occupé dès sa deuxième année dans le circuit, la saison dernière au Cap-Breton.

Pendant que ce dernier connaît sa meilleure saison chez les juniors, Evan Fitzpatrick progresse à un rythme fou. Malheureusement pour lui, il doit se contenter du rôle de second violon.

« Le meilleur reste à venir de son côté, assure l'entraîneur Judes Vallée. Il se développera encore physiquement et gagnera rapidement en maturité. Il n'a pas été repêché en début de première ronde pour rien. Dans un avenir assez proche, il sera notre gardien numéro un. »

De son propre aveu, Fitzpatrick semble être bâti dans le moule de Carey Price.

« Il me sert en effet de modèle. Il est très calme devant son filet. J'essaie par contre de prendre le meilleur de chacun et de rassembler tout ça. »«Presque stressant»Pour un gardien de 16 ans, Fitzpatrick a déjà acquis une solide confiance. Son calme devient même parfois déconcertant.

« C'est presque stressant pour nous, les entraîneurs, confie Vallée. On aurait le goût de le brasser à l'occasion. Mais on comprend que les gardiens sont souvent dans leur bulle! »

Judes Vallée admet que plus la saison avancera, plus Alex Bureau verra de l'action. Fitzpatrick peut par contre se consoler : Vallée a l'intention de l'envoyer dans la mêlée contre de meilleures équipes.

« On n'a pas jeté Fitzpatrick dans la gueule du loup dès le départ, confirme l'entraîneur des gardiens, Jean-François Labbé. Il semble prêt à affronter de nouveaux défis. Chose sûre, c'est qu'on ne veut pas brûler nos gardiens avant les séries. »

« Je vois ça comme un défi et j'espère simplement ramener des victoires contre ces équipes-là, avance le jeune cerbère. Je me sens plus confiant. J'ai disputé plusieurs parties dans la LHJMQ, alors il n'y a plus de raison d'être stressé. »

Une saine compétition s'installe donc peu à peu. Et Fitzpatrick voit la situation d'un bon oeil :

« Le fait qu'on se débrouille très bien tous les deux nous pousse à être encore meilleurs. On est de bons amis à l'extérieur de la patinoire et on se réjouit mutuellement de nos succès. On joue sans complexe et je crois franchement que l'on forme un bon duo! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer