Deslauriers blessé : «Une malchance», assure Vallée

Judes Vallée... (Archives La Tribune, Maxime Picard)

Agrandir

Judes Vallée

Archives La Tribune, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Petite bombe dans l'entourage du Phoenix de Sherbrooke jeudi matin alors qu'un blogueur de La Presse suppute de façon à peine voilée que le centre Vincent Deslauriers s'est blessé en raison d'un entraînement punitif.

Au lendemain d'un cuisant revers de 8-2 contre les Cataractes de Shawinigan dimanche, Judes Vallée a convié ses hommes à un entraînement à 8h30, comme il est de coutume. Il les a cependant rappelés à 15 h 30 pour une autre séance d'une heure de gymnase; séance au cours de laquelle Deslauriers se serait blessé, rapporte François Parenteau.

Une nouvelle qui a fait sourciller l'entraîneur-chef du Phoenix jeudi matin.

«Contrairement à ce qui a été rapporté, Vincent s'est blessé au début du premier entraînement, indique Vallée. C'est dommage que ce soit arrivé là, mais il y a des entraînements similaires la semaine. C'est une malchance ce qui est arrivé.» 

«Je me suis blessé au premier entraînement et non au deuxième et je pense que ça aurait pu arriver dans la vie de tous les jours, confirme Vincent Deslauriers, qui devra s'absenter du jeu pendant près de trois mois. Ce n'est pas parce que j'étais fatigué. J'étais bien réchauffé et l'entraînement que j'ai fait, c'est un entraînement que je suis habitué de faire, que je faisais chaque semaine. On faisait des sauts à la haie où dès qu'on atterrit, on doit ressauter. De mon côté, ça a lâché et je n'ai pas pu le faire. C'est une badluck

Dans son blogue, François Parenteau se questionne sur la pertinence d'infliger un entraînement punitif aux joueurs alors qu'ils venaient de disputer six matchs en seulement neuf jours et que Judes Vallée avait mentionné une semaine auparavant devoir «baisser le volume en ce qui a trait aux entraînements et bien gérer les périodes de repos puisque c'est très intense pour les gars présentement avec les examens qui approchent.» 

Vallée ne nie pas avoir voulu passer un message à ses joueurs.

«Dans nos quatre dernières défaites, il y en a trois dans lesquelles on a abandonné et qu'on s'est fait battre 6-2, 7-2 et 8-2. Ce n'était pas tant les défaites que la façon d'avoir perdu; on ne peut pas accepter de lâcher. Oui j'ai dit que mes joueurs étaient fatigués, mais toutes les équipes le sont. On a aussi un travail à faire et quand tu viens, tu dois te présenter », résume-t-il.

«C'était très normal comme entraînement. Tout le monde était d'accord qu'on le méritait, souligne Deslauriers. Normalement, quand on a une partie le mercredi, on s'entraîne le lundi, mais il y en avait plusieurs qui avaient des examens ce jour-là alors c'est aussi pour ça que l'entraînement a été devancé.»

Judes Vallée se défend en soulignant avoir tout fait «dans les règles de l'art.»

«On a prévu un entraînement d'une heure et dix minutes le matin avec 20 minutes d'activation et l'entraînement de l'après-midi a été précédé d'une période d'activation également et a duré au maximum une heure. Ça s'est fait dans le respect.»

Partager

À lire aussi

  • Deslauriers absent pour trois mois

    Hockey junior

    Deslauriers absent pour trois mois

    Le Phoenix de Sherbrooke devra se passer des services de l'attaquant Vincent Deslauriers pour un minimum de 12 semaines. Une blessure qui forcera... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer