Fitzpatrick et Grégoire de retour

Après une semaine chargée au Défi mondial des... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Après une semaine chargée au Défi mondial des moins de 17 ans, le défenseur Thomas Grégoire et le cerbère Evan Fitzpatrick n'ont pas eu le temps de chômer et sont de retour à l'entraînement avec le Phoenix

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) C'est avec un bagage contenant un peu plus d'expérience et quelques bons souvenirs, mais aucune médaille que le défenseur Thomas Grégoire et le gardien de but Evan Fitzpatrick ont retrouvé leurs coéquipiers du Phoenix à l'entraînement cette semaine.

Les deux joueurs faisaient partie des Rouges, l'une des trois équipes canadiennes avec les Noirs et les Blancs qui participaient au Défi mondial des moins de 17 ans la semaine dernière à Sarnia, en Ontario.

Après avoir inscrit deux victoires d'entrée de jeu dans le tournoi face aux Slovaques et aux Suédois, ça s'est compliqué pour les Rouges qui se sont inclinés devant les États-Unis et la Russie par la suite pour être écartés de la demi-finale. Une défaite de 3-2 en prolongation contre les Blancs en match de classement est venue clore une compétition décevante pour l'ensemble des représentants canadiens, qui ont respectivement terminé en cinquième (Blancs), sixième (Rouges) et septième (Noirs) position parmi huit équipes présentes. Seule la Slovaquie a fait pire que le Canada en raison de ses cinq défaites en autant de matchs.

Selon les deux représentants du Phoenix, les formations canadiennes ont possiblement manqué de temps pour constituer de vraies équipes et rivaliser pleinement avec leurs adversaires.

« C'était la première année du programme U17 avec trois équipes qui mêlaient les trois ligues juniors. On a eu de la misère à nous adapter et on n'est pas devenus une équipe assez vite. Si on était tous rentrés dans le même paquet en commençant on aurait été meilleurs », explique Thomas Grégoire, qui a obtenu une mention d'aide en cinq rencontres.

« On était tout de même dans les bonnes équipes, opine Evan Fitzpatrick, mais c'était difficile pour tout le monde d'adhérer à un même système, parce qu'on fait tout différemment depuis le début de l'année dans des équipes différentes. »

Si les Russes ont remporté les grands honneurs contre les Américains en finale pendant que la Suède avait le meilleur sur la Finlande pour la médaille de bronze, les deux athlètes de 16 ans soutiennent ne pas avoir tout perdu et avoir appris grandement pendant leur séjour à Sarnia.

« Ce que je retiens, c'est surtout l'importance d'avoir confiance en tes coéquipiers. Je pense que c'est le plus important dans une équipe. Si tu ne fais pas confiance à ton chum à côté de toi, qu'il fasse la job ou pas, si tu penses qu'il ne la fera pas, ça va être difficile pour toute l'équipe », signale Grégoire.

« Moi c'est la vitesse. Tout se passait très rapidement, on devait se préparer très tôt et ça m'a appris à me concentrer plus vite sur les rencontres. Ça va m'aider pour mes préparations de matchs », signale de son côté Fitzpatrick, qui a terminé le tournoi avec une victoire, une défaite et un pourcentage d'arrêt de ,909 %.

Lucas Thierus, un joueur affilié au Phoenix de Sherbrooke présentement dans le Midget AAA, a de son côté obtenu une passe en cinq matchs avec les Noirs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer