Wieser joue les héros en marquant le but de la victoire

Tim Wieser a de nouveau joué au héros... (Photo Phoenix, Vincent Levesque Rousseau)

Agrandir

Tim Wieser a de nouveau joué au héros en marquant le but de la victoire avec moins de 2 secondes à faire à la partie.

Photo Phoenix, Vincent Levesque Rousseau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Tim Wieser ne dérougit pas. Le Phoenix non plus. Dans un match âprement disputé, les Sherbrookois ont trouvé le moyen d'ajouter un septième gain à leur fiche, et ce, grâce à Tim Wieser qui a marqué son deuxième de la partie à moins de deux secondes de la fin. Compte final : 4 à 3.

À défaut de se répéter, Wieser a encore une fois été le premier à inscrire un point au tableau, après un peu plus de quatre minutes de jeu. Il s'agissait alors de son 10e but en autant de rencontres.

Raphaël Sawyer a par la suite profité de deux magnifiques passes de Jean-François Lavoie et Raphaël Lafontaine pour compter le tout premier but de sa jeune carrière dans la LHJMQ à l'aide d'une feinte ayant complètement dérouté le gardien François Brassard.

Avant de commencer la rencontre, le second meilleur pointeur du circuit, Kyle Farrell, avait déjà amassé onze buts en neuf matchs. Farrell a profité de sa visite au Palais des sports pour empocher son 12e. Cette fois en infériorité numérique, tout juste avant la fin de la période initiale.

Un match pour hommes

Après un début de deuxième période plutôt tranquille de part et d'autre, Kevin Domingue a réveillé sa troupe en utilisant sa marque de commerce, un tir dans la lucarne, afin d'ajouter un troisième but au tableau indicateur pour le Phoenix.

Une belle façon de se venger, puisqu'il avait été frappé solidement en première période par Duncan MacIntyre. Carl Neill s'était alors rué sur MacIntyre pendant que Domingue retraitait au vestiaire.

Mason Gray a voulu secouer son équipe à son tour, mais d'une façon douteuse, en assénant une mise en échec sournoise à Tim Wieser qui a semblé ébranlé sur la séquence.

Mikaël Sabourin a tenté de venger le meilleur buteur de Sherbrooke, mais Gray a plutôt préféré tourner la scène au ridicule après avoir jeté les gants en montrant à tous que Sabourin ne pouvait tout simplement pas l'atteindre.

Le réveil des Screaming Eagles

Le Phoenix semblait se diriger vers une victoire facile sans opposition. Jusqu'à ce que les Screaming Eagles entament le dernier vingt avec plus de hargne, marquant d'abord  leur second but de la partie, l'oeuvre de Julien Pelletier. Un tir parfait dans le haut du filet en avantage numérique.

Si Alex Bureau ne pouvait rien faire sur ce jeu, il aurait certainement voulu revoir ensuite le lancer de Clark Bishop puisque la rondelle s'est lentement frayée un chemin entre ses jambières.

Tout est devenu plus difficile pour le Phoenix en fin de partie. Malgré plusieurs chances de marquer, dont quelques-unes offertes à Kay Schweri, le Phoenix ne réussissait plus à déjouer Brassard, peu importe les moyens entrepris.

Plutôt que de faire parler son tir, Schweri a utilisé son arme de prédilection pour clore le débat. Sa passe parfaite à Tim Wieser a ainsi permis au Phoenix de filer avec les deux points, obtenant un 7e gain en dix matchs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer