Sortie difficile pour les meilleurs joueurs du Phoenix

L'entraîneur Stéphane Julien cherchait encore ses meilleurs joueurs après la... (Spectre Média : Marie-Lou Béland)

Agrandir

Spectre Média : Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) L'entraîneur Stéphane Julien cherchait encore ses meilleurs joueurs après la défaite du Phoenix contre les Sea Dogs dimanche après-midi, allant jusqu'à penser qu'ils ne s'étaient tout simplement pas présentés au Palais des sports.

Même si les Sherbrookois ont bien failli surprendre l'une des meilleures équipes de la LHJMQ, le pilote des Oiseaux a montré du doigt ses piliers pour expliquer la défaite de 5 à 3.

« Les meilleurs de Saint-John ont mieux joué que mes meilleurs joueurs. C'est ce qui a fait la différence. Les deux gardiens n'ont rien à se reprocher. Mais dès que l'on revenait dans le match, nos erreurs coûtaient cher et on ne peut pas en commettre autant contre une équipe comme les Sea Dogs », a expliqué Stéphane Julien.

Encore une fois, un court passage à vide a été fatal pour le Phoenix. En deuxième période, Mathieu Joseph et Alexandre Bernier ont profité de la mollesse des Sherbrookois pour déjouer Evan Fitzpatrick avec un tir au-dessus de la mitaine décoché à partir de la zone payante, qui semblait si facile à atteindre : 2-0.

« J'ai modifié mes trios en troisième période. J'ai constaté un manque d'efforts chez mes piliers. Certains ont du talent, on ne peut pas leur enlever ca, mais le manque de hargne et d'intensité en avantage numérique a fait perdre le rythme à notre équipe en début de partie. On a tout de même joué un excellent match, mais on a connu une baisse de régime pendant cinq minutes », observe l'entraîneur.

Il faut avouer que les pénalités d'invidualisme n'ont pas aidé la cause des Oiseaux.

« C'est innacceptable. Ça brise notre rythme et ça ne fait pas partie de notre concept d'équipe. Les joueurs doivent encaisser les coups. Ils étaient frustrés aujourd'hui. Ils affrontaient une bonne équipe qui aime parler sur la glace, mais on ne doit pas faire preuve d'individualisme. »

Le vétéran défenseur Olivier Schingh-Gomez disputait une première partie après avoir purgé une longue suspension. Après s'être battu contre Cole Reginato en première période, il a chuté dans sa zone devant Joseph au deuxième tiers, ce qui a causé le deuxième but.

« Il a joué un match correct, admet Stéphane Julien. Après une absence de neuf matchs, ce n'est pas évident de revenir au jeu. Il montre beaucoup de caractère et il se défonce pour l'équipe. Je ne peux jamais en vouloir à des gars comme lui.»

Six buts ont été marqués en troisième période.

Benjamin tardif a compté son premier dans la LHJMQ, mais Matthew Highmore a répliqué du côté des Sea Dogs : 3-1 pour les visiteurs.

Kevin Gilbert a ensuite redonné espoir aux siens avec un tir d'un angle impossible et Joe Veleno s'est assuré de remettre du plomb dans l'aile des Oiseaux grâce à un lancer parfait : 4-2.

La recrue sherbrookoise Anderson MacDonald s'est invitée au festival offensif en marquant son huitième but en sept matchs pour ainsi rétrécir l'écart à un seul point. Highmore a cependant fermé les livres avec un but dans une cage déserte en fin de partie lors d'un désavantage numérique à 6 contre 4.

« Ce qui m'importe le plus, c'est notre facon de jouer, indique Stéphane Julien. Le début du calendrier n'est vraiment pas facile pour nous. On veut gagner, mais on doit d'abord bien jouer et pour y parvenir les meilleurs joueurs doivent exceller dans tous les aspects du jeu. » 

« Quand on joue contre une équipe de premier plan comme les Cataractes de Shawinigan ou les Sea Dogs, on ne doit pas leur laisser de chances et on doit être constants puis contrôler nos émotions même si l'adversaire a la mâchoire bien huilée, renchérit-il. On n'est pas l'équipe la plus talentueuse. On doit donc demeurer disciplinés. »

Notons que le gardien Alex D'Orio a bloqué 21 tirs sur 24 alors que son homologue Evan Fitzpatrick, qui séjourne chez les D'Orio, a reçu 36 lancers.

« C'était spécial d'affronter mon cochambreur de l'an dernier. On s'est d'ailleurs réveillé sous le même toit ce matin et j'ai souhaité bonne chance à Evan », admet l'ancien cerbère des Cantonniers de Magog.

Les Foreurs visiteront le Phoenix mardi soir. Seizième au classement, la troupe sherbrookoise tentera alors de freiner sa séquence de défaites à deux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer