La deuxième fois est la bonne pour Gabriel Fontaine

Gabriel Fontaine a été sélectionné au 171e rang... (La Tribune, Sébastien Lajoie)

Agrandir

Gabriel Fontaine a été sélectionné au 171e rang par les Rangers de New York samedi, comblant une saison 2015-16 mémorable.

La Tribune, Sébastien Lajoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(BUFFALO) Gabriel Fontaine n'était pas à Sunrise en 2015, pour sa première année d'admissibilité au repêchage de la LNH. Il a par contre fait le voyage à Buffalo cet été et il avait enfin des raisons de sourire.

Le Sherbrookois a été sélectionné au 171e échelon par les Rangers de New York samedi, mettant ainsi un point d'exclamation final à une saison 2015-16 mémorable.

Rappelons qu'il y a à peu près un an, le Phoenix de Sherbrooke échangeait son produit local aux Huskies de Rouyn-Noranda en retour de l'attaquant Julien Pelletier.

Fontaine, un produit des Cantonniers de Magog (Ligue de hockey midget AAA du Québec), n'a jamais réussi à se trouver une niche confortable chez les Oiseaux.

Un changement d'air s'imposait, et il fut bénéfique. Avec les Huskies, Fontaine a gagné la Coupe du président et il s'est rendu en finale de la Coupe Memorial. Le gros trophée étant ultimement gagné par les Knights de London, en prolongation, contre Rouyn.

Repêché au 29e rang (deuxième ronde) par le Phoenix en 2013, Fontaine aura disputé deux saisons à Sherbrooke avant de prendre le chemin de l'Abitibi.

En 63 matchs, il a inscrit 20 buts et 25 passes pour 45 points, deux sommets en carrière. Pendant le long périple des Huskies en séries, il a ajouté cinq buts et 11 passes pour 16 points en 20 matchs. Tous des sommets en carrière.

«La clé de cette bonne saison fut certainement l'échange qui m'a amené à Rouyn. Changer d'entraîneur, changer de coéquipiers, ça m'a fait du bien. La chimie a Rouyn était incroyable, il n'y a pas une place ailleurs comme ça, ce fut vraiment bien pour moi.»

«L'entraîneur Gilles Bouchard a été très bon pour moi, il m'a donné un gros rôle cette année, ce que j'avais plus ou moins à Sherbrooke. La confiance a augmenté et j'ai enfin pu montrer ce que je pouvais faire», a dit Fontaine, qui se considère comme un attaquant pouvant avoir du succès dans les deux sens de la patinoire, tout en ayant une touche offensive appréciable.

«J'ai rencontré les Rangers durant la saison et Daniel Doré, leur recruteur est monté de Gatineau juste pour me voir et me parler. Tout ça m'a mis la puce à l'oreille quant à l'intérêt des Rangers, qui m'aimaient bien comme joueur et comme personne.»

Gabriel Fontaine était accompagné de ses parents, à Buffalo.

«Ce fut une bonne année avec les gars, on a vécu beaucoup de belles choses, ce fut une expérience extraordinaire de se rendre jusqu'à la coupe Memorial.Jamais je n'ai abandonné, je croyais en mes chances et de ce que je pouvais démontrer. Ça s'est conclu aujourd'hui et je suis très fier des efforts que j'ai faits.»

Un autre obstacle surmonté par Pascal Laberge

L'histoire de Pascal Laberge est peu commune. Et émouvante. Une histoire qu'il a décidé de partager dans un touchant texte publié sur le site internet The player's tribune, jeudi dernier. Une sorte d'exutoire pour l'attaquant des Tigres de Victoriaville.

Un bref rappel : ancien choix de premier tour (2e au total) par les Olympiques de Gatineau en 2014, Laberge est expédié à Victoriaville avant que la saison 2014-15 ne se termine.

En 58 matchs avec ces deux équipes, il avait tout de même trouvé le moyen d'amasser 31 points. Les attentes étaient donc élevées à l'aube de la saison dernière.

Mais voilà, Laberge n'est pas là. Il ne produit pas au rythme attendu. Il se passe quelque chose. Tranquillement, les informations commencent à filtrer. Laberge et sa famille vivent des moments difficiles.

Sa belle-mère perd son combat de deux mois contre le cancer, en septembre. À peu près lors de la même période, son père annonce qu'il est atteint du cancer de la prostate.

Ça ne va plus. C'est trop. Les émotions le bouleversent.

Classé au 28e rang par la centrale de recrutement de la LNH, Laberge a dû attendre à samedi matin avant d'entendre son nom finalement retentir dans les hauteurs du First Niagara Center.

« Hier (vendredi) fut une journée émouvante, avec beaucoup de stress, je suis heureux d'être sorti tôt aujourd'hui (samedi) », a-t-il dit d'entrée de jeu.

« C'est un honneur pour moi de me joindre aux Flyers; c'est une équipe de caractère et je crois être un joueur de caractère. J'ai eu de bons pourparlers avec eux après les épreuves combinées et je savais que mon style de jeu leur plaît vraiment. »

« C'est vraiment incroyable, tu joues depuis que tu es petit et ton rêve est de te faire repêcher par une équipe de la LNH. J'ai peine à croire tout ce qui se passe. »

S'il a connu des montagnes russes émotives en début de saison, les choses se sont replacées, graduellement.

Son père s'est fait retirer la prostate et il est en rémission. L'esprit un peu plus tranquille, Laberge s'est d'abord démarqué lors du match des futures étoiles BMO de la Ligue canadienne de hockey (LCH) en inscrivant deux buts et une passe dans une victoire de 3-2 de l'équipe Orr sur l'équipe Cherry.

Il a conclu sa saison avec une production de 23 buts et 45 passes pour 68 points en 56 matchs.

Une passion, un remède

Le hockey, sa passion, lui a permis de surmonter les obstacles placés sur sa route.

« Je n'ai même jamais pensé arrêter le hockey. C'est vraiment ma passion et c'est ce que je veux faire dans la vie. Mon entraîneur Bruce Richardson m'a dit, en novembre, si tu joues bien, ta famille va se sentir mieux. Ce fut le déclic que j'attendais », a-t-il indiqué.

Entouré de son père, de sa mère, de ses frères et de plusieurs autres membres de sa famille, Pascal Laberge a savouré chaque seconde de sa sélection par les Flyers.

« J'ai donné un gros câlin à mon père, quand mon nom est sorti, a-t-il dit en souriant. C'est le genre d'épreuves qu'un jeune de 17 ou 18 ans n'est pas habitué à vivre. On devient plus mature, plus vite. Je suis juste content d'avoir pu passer à travers tout ça.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer