Récidive du cancer: Fréchette forcé d'abandonner les Tigres

Le directeur général des Tigres de Victoriaville Daniel... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le directeur général des Tigres de Victoriaville Daniel Fréchette n'a jamais vraiment repris le dessus depuis l'opération visant à lui retirer une portion d'oesophage.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Les Tigres de Victoriaville devront se trouver un quatrième directeur général en deux ans. Daniel Fréchette a été forcé de quitter son poste à la suite d'une récidive du cancer de l'oesophage qui l'a frappé l'an dernier.

« Toute mon attention se portera désormais sur mes traitements et ma famille. Mon rétablissement devient ma priorité », a-t-il dit ajoutant qu'il ne ferait pas de commentaire supplémentaire, préférant vivre ces moments difficiles avec sa famille.

C'est avec beaucoup d'émotion que le président de l'organisation, Johnny Izzi, a appris la triste nouvelle. Il a eu l'occasion de tisser des liens serrés avec son directeur depuis son embauche et souhaite qu'il ait le meilleur dans ce combat pour sa vie. « Ce n'est pas une bonne nouvelle, c'est la dernière chose que je voulais entendre », a-t-il affirmé.

Fréchette n'a jamais vraiment repris le dessus depuis l'opération visant à lui retirer une portion d'oesophage. Il a constamment eu de la difficulté à avaler adéquatement. Et même s'il était en mesure de mieux manger depuis quelques mois, il n'arrivait pas à reprendre le poids perdu. Inquiet, il est allé passer une batterie de tests qui devait révéler la récidive.

Le président pris au dépourvu

Jusqu'à tout récemment, les Tigres passaient des entrevues pour embaucher un nouvel entraîneur. Maintenant ils sont aussi à la recherche d'un directeur général, ce qui change drôlement la donne. Le président devra quérir de l'information cruciale auprès de Daniel Fréchette, dès que son état de santé le permettra, afin de repositionner ses recherches.

« On devra mettre sur pause notre recherche d'un entraîneur. Les directeurs généraux aiment bien choisir leur entraîneur; ce ne serait pas logique de procéder à l'inverse. Peut-être que certains hommes de hockey que nous avons rencontrés seront aussi intéressés par le job de directeur. Je n'ai jamais été un grand fan de la double fonction, mais avec ces événements et la tendance de la LHJMQ, je ferai preuve de plus d'ouverture », analyse M. Izzi.

Le président n'a pas tardé à recevoir les candidatures lorsque le monde du hockey a appris la démission de Daniel Fréchette. Tant son téléphone cellulaire que son courriel ont été bombardés de candidatures. Il se donnera un certain temps pour analyser les dossiers et consulter son entourage avant de rendre un verdict.

« Il y a plusieurs personnes qui se sont déjà montrées intéressées par le poste, dont certaines qui étaient dans la course lorsque nous avons embauché Daniel, il y a deux ans. Je vais impliquer mon conseil d'administration dans les démarches pour trouver un autre directeur qui répondra à nos attentes », continue-t-il.

Les Félins ont eu de la difficulté à maintenir une stabilité au sein de leur personnel hockey depuis le départ de Jérôme Mésonéro, en juillet 2014. Ils ont d'abord embauché Yanick Jean, qu'ils venaient de congédier du poste d'entraîneur. Ce dernier leur a fait faux bond quelques mois plus tard afin d'accepter la double fonction à Chicoutimi. Daniel Fréchette venait tout juste de congédier Bruce Richardson lorsqu'il a lui-même dû quitter le navire pour des raisons de santé.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer