Une « drôle d'année » pour les Tigres

Daniel Fréchette ne cache pas qu'il s'attendait à... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Daniel Fréchette ne cache pas qu'il s'attendait à un meilleur rendement de ses Tigres, tant au cours de la saison régulière qu'au cours de la série qui les a opposés aux Wildcats de Moncton.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Daniel Fréchette ne cache pas qu'il s'attendait à un meilleur rendement de ses Tigres, tant au cours de la saison régulière qu'au cours de la série qui les a opposés aux Wildcats de Moncton. Il jette le blâme sur la jeunesse et l'inexpérience.

« On a connu une drôle d'année. On visait le deuxième tiers du classement, mais on espérait terminer plus près de la septième place. On a fait montre de beaucoup d'inconstance. Avant les Fêtes, nous n'avions que quatre victoires à domicile, nous avons eu des blessures, mais tout le monde en a eues, ce n'est pas une excuse », estime le directeur général des Victoriavillois.

Les observateurs s'attendaient à ce que les Félins livrent une chaude lutte aux Wildcats de Moncton et plusieurs les voyaient même passer au deuxième tour. En ce sens, l'élimination en cinq petites parties laisse un goût amer dans la bouche du D.G. D'autant plus que ses protégés ont eu les devants en troisième période au cours de trois de ces cinq affrontements.

« C'est facile de dire qu'on a perdu en prolongation et que la partie aurait pu aller d'un bord comme de l'autre, mais les parties n'auraient jamais dû se rendre en prolongation. On avait les devants et on n'a pas été en mesure de conserver notre priorité. En séries, un but d'avance en troisième période, c'est beaucoup », analyse l'homme de hockey.

Fréchette aurait aimé que ses joueurs vivent une expérience plus longue des séries de fin de saison, qu'ils goûtent à des matchs 6 ou 7, là où l'intensité augmente d'un cran et que la marge de manoeuvre décline de façon importante.

Aspirer aux grands honneurs

Dans le hockey junior, chaque fin de saison est synonyme de départs. Des joueurs devenus trop âgés quittent le circuit afin d'évoluer ailleurs. Les Tigres ont dit adieu à leurs deux joueurs de 20 ans, Carl Marois et Marc Beckstead. L'Autrichien Mario Huber cédera également sa place à un autre Européen plus jeune, à l'issue du prochain repêchage consacré aux espoirs du Vieux continent.

C'est donc dire que pas moins d'une vingtaine de 23 joueurs qui composaient l'alignement 2015-16 seront de retour à l'automne avec une année d'expérience supplémentaire. À ceux-ci s'ajouteront Félix Meunier et Antoine Lessard qui semblent prêts à faire le saut dans la LHJMQ. Le trio de joueurs de 20 ans devrait être composé de Tristan Pomerleau, Alexandre Goulet et Mathieu Ayotte.

« À partir de maintenant, nous voulons être dominants dans cette ligue, nous voulons terminer dans le premier tiers et aspirer aux grands honneurs, lance Fréchette. Je veux qu'on fasse un bon pas en avant ».

Pour ce faire, le directeur général souhaite notamment faire l'acquisition d'un ou deux arrières supplémentaires âgés de 17 à 19 ans afin de stabiliser sa brigade défensive. Il se mettra en action dès cet été.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer