Les Tigres au pied du mur

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Les Tigres de Victoriaville ont dominé au chapitre des tirs et des chances de marquer, mardi soir, mais se sont tout de même inclinés 5-2 face aux Wildcats de Moncton qui prennent une confortable avance de 3-0 dans la série huitième de finale de la LHJMQ.

Pour un troisième match de suite, les hommes de Bruce Richardson méritaient un meilleur sort, mais n'ont pas été en mesure d'aller chercher la victoire. Ils ont largement dominé à armes égales, mais ont fait preuve d'indiscipline. Les visiteurs ont inscrit leurs trois premiers buts sur l'attaque à cinq.

« Nous avons pris des punitions d'égoïsme, il n'y a pas d'autre raison pour expliquer notre défaite. À cinq contre cinq, c'était A+, les gars ont fait ce qu'on leur a demandé. Ils ont toutefois montré un peu trop d'émotions à certaines occasions et ça leur a donné deux cinq contre trois. Ça a fait très mal », explique l'entraîneur-chef des Victoriavillois.

N'ayant pas connu les succès escomptés lors des deux premiers matchs, les Wildcats ont apporté des ajustements à leur attaque à cinq et ils n'ont pas tardé à en retirer les bénéfices, Manuel Wiederer marquant au cours de la quatrième minute.

« Il fallait être en mesure de battre leur désavantage numérique. Disons que les cinq contre trois ont beaucoup aidé, c'est ce qui a fait la différence, admet l'instructeur monctonien, Darren Rumble. Ça a enlevé beaucoup de poids de nos épaules ».

Tirant de l'arrière 4-1, les Tigres sont revenus dans le match grâce au deuxième du match de Bradley Lalonde, puis Maxime Comtois s'est présenté seul face au gardien Keven Bouchard deux fois plutôt qu'une. Le prodige de 16 ans n'est toutefois pas parvenu à enfiler l'aiguille. « Keven a fait un arrêt important contre Comtois, s'il avait marqué, les Tigres auraient gagné en momentum, ça aurait pu changer la donne », admet l'ancien de la LNH.

« Pas la meilleure équipe qui a gagné »

S'il admet que la pente est abrupte, Bruce Richardson n'a pas l'intention de baisser les bras. D'autant plus qu'il estime que son équipe méritait de remporter chacun des trois premiers affrontements.

« Ce n'est pas la meilleure équipe qui gagne jusqu'à maintenant. C'est plate, mais ce sont les victoires qui comptent et non pas la façon de jouer. Personne ne va me dire que les Wildcats forment une meilleure équipe que la nôtre. Ils sont battables et lâcher ne fait pas partie de notre vocabulaire. J'ai déjà remonté des 0-3 et on est capable de le faire encore. On a déjà gagné quatre ou cinq matchs de suite, on peut le faire encore », lance-t-il.

Les Victoriavillois feront face à l'élimination ce soir, à domicile. Seulement 1600 spectateurs ont assisté à la rencontre d'hier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer