Laissons jouer les meilleurs

Antoine Morand, Joseph Veleno et Maxime Comtois avaient... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Antoine Morand, Joseph Veleno et Maxime Comtois avaient tous leur place dans la LHJMQ. Alors pourquoi empêcher les joueurs de 16 ans et moins d'évoluer dans le junior majeur?

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) CHRONIQUE / Dans le circuit midget AAA, un joueur de 15 ans peut demander une dérogation afin d'obtenir son statut de joueur exceptionnel, ce qui lui permet d'accéder à la LHJMQ même s'il n'a pas encore 16 ans. Un joueur d'âge junior peut également évoluer dans la LNH à 18 ans, immédiatement après avoir été repêché. Voilà deux situations qui ont beaucoup fait jaser cette année sur la planète Hockey.

Alors que certains croient qu'il est préférable de laisser les jeunes athlètes se développer avant de leur permettre de faire le grand saut vers le niveau supérieur, d'autres estiment que c'est en les laissant jouer avec les meilleurs qu'ils pourront s'améliorer plus rapidement.

Pour ma part, j'opte pour la plus simple prémisse : si un joueur est assez talentueux pour faire partie d'un circuit, laissons-le faire. Il le mérite, point à la ligne.

Des Jason Spezza, John Tavares, Aaron Ekblad et Connor McDavid, il n'y en a pas des tonnes. Ces derniers ont tous reçu leur statut de joueur exceptionnel dans le passé chez les juniors. Avec raison.

Toutefois, Sidney Crosby n'avait pas obtenu ce privilège. Privilège qui a été accordé à Sean Day en Ontario et Joseph Veleno au Québec par la suite. N'essayez pas de comprendre.

Est-ce que Joseph Veleno méritait ce statut l'été dernier? Sincèrement, je crois que oui. Parce que le jeune athlète a tout de même obtenu 40 points en 53 parties jusqu'à présent. Il était prêt. Combien de joueurs de 18 , 19 ou même 20 ans n'ont pas encore 40 points dans le circuit?

Veleno savait qu'il pouvait évoluer dans la LHJMQ à bas âge et qu'il n'avait plus rien à prouver dans le circuit midget AAA. Sa progression a probablement été plus rapide dans le junior majeur que s'il était resté dans le midget, découragé d'affronter de moins bons joueurs. Ce n'est malheureusement pas le cas de Sean Day.

Pour améliorer son produit, le circuit doit accueillir les meilleurs joueurs de moins de 20 ans. Déjà que cette saison, 12 des 18 équipes ont connu une baisse d'achalandage aux guichets. Alors mettons toutes les chances de notre côté et misons sur une ligue qui regroupe les joueurs les plus talentueux. Et ce, en étant juste dans l'attribution de ce statut, qui ne doit pas être offert au premier venu.

À l'inverse, combien de joueurs de 16 ans se retrouvent dans le junior majeur et obtiennent moins de cinq minutes de temps de jeu par rencontre? Même si les organisations estiment qu'ils devraient faire partie de leur équipe junior, le joueur et ses parents doivent tout de même prendre la meilleure décision, qui est parfois de rester une saison de plus dans le midget.

Les joueurs de 18 ans et la LNH

Comme ça, les directeurs généraux songent à limiter la sélection des joueurs de 18 ans à la première ronde seulement?

Surprenant, parce que le repêchage n'est pas une science exacte. De nombreux joueurs de deuxième, troisième ou quatrième ronde par exemple sont devenus meilleurs que ceux ayant été choisis à la ronde initiale. Prenez Patrick Roy ou bien P.K. Subban par exemple, pour ne nommer que ceux-là.

J'aurais tendance à dire que si la LNH veut interdire aux joueurs de 18 ans d'évoluer dans la grande ligue, elle devrait appliquer cette règle même aux hockeyeurs sélectionnés en première ronde.

Il est vrai qu'ils sont rares les joueurs de deuxième ronde et plus à accéder à la LNH dès la première année. Cette saison, Daniel Sprong des Islanders de Charlottetown a toutefois surpris l'organisation des Penguins de Pittsburgh en se taillant un poste lors des premiers mois.

Si le règlement avait déjà été en vigueur, on aurait empêché le jeune Sprong de vivre son rêve et de réaliser cet exploit. Et cela risque d'arriver une fois de plus avec d'autres athlètes.

Finalement, quels sont les réels avantages d'empêcher un hockeyeur de 18 ans d'être repêché dans la ligue majeure? Je cherche des raisons valables et je n'en trouve pas.

Encore une fois, laissons tout simplement jouer les meilleurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer