Baptême particulier pour deux Phoenix

Jérémy Roy et son frère Nicolas n'ont jamais... (La Tribune, Jérôme Gaudreau)

Agrandir

Jérémy Roy et son frère Nicolas n'ont jamais disputé de parties officielles ensemble au sein de la même équipe. Vendredi soir à Québec, il s'agira d'une première expérience pour les deux frangins.

La Tribune, Jérôme Gaudreau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) C'est devant l'impressionnante foule de Québec que Nicolas Roy disputera un premier match en carrière dans le junior majeur. Et pour la première fois, il évoluera au sein de la même équipe que son frère aîné Jérémy, le défenseur étoile du Phoenix.

Le jeune attaquant des Gaulois d'Antoine-Girouard ne pouvait espérer mieux comme scénario.

« Je suis content de me retrouver avec le Phoenix en ce moment. Je ne m'attendais pas à rejoindre l'équipe tout de suite. Je pensais peut-être que ça allait venir plus tard même si je me trouvais sur la liste de remplaçants. Je m'estime chanceux de jouer ma première partie au nouveau Colisée Vidéotron. C'est un petit stress, mais un bon stress », raconte celui qui a amassé 32 points dans le midget AAA cette saison.

« Excepté durant le camp de sélection cette saison, on n'a jamais joué ensemble parce que Nicolas a deux ans de moins que moi », précise Jérémy Roy.

Après l'entraînement de jeudi matin, on sentait déjà une certaine fébrilité chez le cadet de la famille.

« Ce sera spécial. C'est difficile de savoir s'il y aura une chimie entre mon frère et moi parce qu'on a presque seulement joué ensemble sur une patinoire extérieure quand on était petits. »

Nicolas Roy compte entre autres miser sur sa rapidité pour servir la cause de son nouveau club.

« Je suis rapide, j'ai de bonnes mains et je possède une bonne vision du jeu tout en étant fiable dans les trois zones. Je peux donc remplir un rôle défensif ou offensif. Je vais tout donner vendredi et je respecterai le système de jeu le plus possible. Si j'utilise ma vitesse, tout devrait bien se passer. »

« J'ai vu jouer Nicolas deux fois contre les Cantonniers avant Noël et il a bien fait, explique l'entraîneur Stéphane Julien. Durant les entraînements, on aurait dit que Nicolas Roy était Kevin Gilbert. Leur style se ressemble beaucoup. Il est rapide et responsable, mais il possède moins d'expérience que Kevin. Il mérite sa chance. »

Poirier-Turcot devant le filet

Autre situation particulière chez le Phoenix : puisque le gardien Evan Fitzpatrick a participé au Match des espoirs BMO jeudi soir à Vancouver, Charles-Antoine Poirier-Turcot disputera une première partie dans l'uniforme des Oiseaux, et ce, devant près de 15 000 spectateurs!

« Il s'est bien débrouillé lors de ses parties avec l'Océanic de Rimouski plus tôt cette saison, fait remarquer Stéphane Julien. Il défie les joueurs adverses. Il travaille fort durant les entraînements. On est confiants avec lui devant le filet. »

Des Remparts secoués

Le défi pourrait être plus imposant qu'il en a l'air vendredi soir pour le Phoenix.

« Les Remparts ont échangé quelques bons joueurs et ils ont perdu leurs sept derniers matchs. Mais l'entraîneur Philippe Boucher a brassé ses gars dernièrement. Ils se présenteront donc avec le couteau entre les dents. De notre côté, on souhaite seulement poursuivre sur notre belle séquence », confie Stéphane Julien.

De nombreux absents

Le Phoenix devra se passer du défenseur Thomas Grégoire pendant au moins un mois à cause d'un coup de genou reçu contre les Wildcats de Moncton. Sa guérison pourrait nécessiter jusqu'à six semaines.

Jack Kilgour doit quant à lui retarder son retour au jeu, lui qui devait renouer avec l'action ce week-end à la suite d'une blessure.

Encore blessé à l'épaule, Kay Schweri sera aussi absent lors des deux prochains matchs. Son évaluation sera effectuée quotidiennement, tout comme celle de Kevin Gilbert, ennuyé par une blessure au bas du corps.

Tout cela sans parler de l'absence de Trevor Stacey, suspendu jusqu'au 10 février.

« On jouera à onze attaquants au lieu de douze, précise le pilote sherbrookois. On doit faire attention avec le nombre de matchs disputés par nos remplaçants. Ils ne peuvent pas jouer plus de dix parties dans la LHJMQ. Édouard Michaud se joindra par contre à nous samedi. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer