Des Tigres anémiques face aux Foreurs

Julien Gauthier a ennuyé Olivier Tremblay afin d'inscrire... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Julien Gauthier a ennuyé Olivier Tremblay afin d'inscrire le but gagnant.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Les Tigres de Victoriaville ont passé une vingtaine de minutes en supériorité numérique au cours de la rencontre d'hier, mais n'ont pas été en mesure de marquer plus d'une fois. L'anémie de l'attaque à cinq a fait en sorte qu'ils ont échappé un match qui leur était servi sur un plateau d'argent. Les Foreurs l'ont emporté 2-1.

Bruce Richardson a expliqué en partie la contre-performance des siens avec un homme en plus par les absences de Pascal Laberge et Mathieu Ayotte. Ces derniers sont des atouts importants dans cette situation. L'instructeur s'est donc dit satisfait du rendement de ses protégés face à l'une des puissances de la LHJMQ.

« Le pointage n'indique pas l'allure du match. Nous sommes contents et nous pensons que les joueurs ont réalisé qu'ils étaient capables de jouer contre les meilleures équipes de la ligue. J'ai dit aux gars de sortir de l'aréna la tête haute », a-t-il dit.

Alexandre Goulet a profité d'une supériorité numérique pour inscrire son équipe au pointage en milieu de première, puis David Henley a déjoué Olivier Tremblay au cours des premières secondes de la deuxième, sur un tir d'apparence inoffensive. C'est à croire que le gardien avait toujours la tête au vestiaire.

« Ils ont marqué sur un but qu'Olivier voudrait sûrement revoir, mais plutôt que de baisser les bras, nous avons maintenu la cadence », a analysé Richardson.

Julien Gauthier a marqué le but qui devait faire la différence en tout début de troisième période, s'emparant d'un retour de lancer dans l'enclave pour battre Tremblay. On a dû revoir la séquence sur bande vidéo avant de confirmer le but puisqu'il y a eu contact entre le joueur et le gardien.

« Je n'ai pas vu mon équipe »

Dans l'autre vestiaire, le mentor des Foreurs, Mario Durocher, était dans tous ses états. Il a dit ne pas comprendre que ses protégés puissent avoir écopé d'un aussi grand nombre de punitions.

« Je n'ai pas vu mon équipe de la soirée. Nous avons dominé à 5 contre 5, mais nous avons dû nous débrouiller avec un joueur de moins pendant 22 minutes. J'espère qu'il y en a qui vont regarder la partie et s'apercevoir que ça n'a pas d'allure. Ce n'était vraiment pas un bon match de hockey », a affirmé l'entraîneur sherbrookois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer