Un duo père-fils marque la LHJMQ

Alex-Olivier et son père Luc Voyer... (Photo fournie)

Agrandir

Alex-Olivier et son père Luc Voyer

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Un duo père-fils sherbrookois est à l'origine d'un nouveau fait d'armes dans l'histoire de la LHJMQ.

L'affrontement mettant aux prises l'Océanic de Rimouski aux Cataractes de Shawinigan vendredi dernier a permis à l'ailier recrue de l'Océanic et ancien Cantonnier de Magog, Alex-Olivier Voyer, de disputer un match sous le regard de son paternel Luc, qui était sur la glace en même temps que lui en tant que juge de ligne, une première dans les 47 ans du circuit.

« C'était spécial, confie Alex-Olivier Voyer. C'est quelque chose qui n'arrive pas souvent. On a perdu le match, mais d'avoir mon père sur la même patinoire que moi c'était incroyable. C'est une belle expérience. »

« C'est la ligue qui m'a autorisé à arbitrer, mais je ne savais pas s'il allait jouer étant donné qu'il a seulement 16 ans! Ça été un très bon moment! » souligne de son côté Luc Voyer, qui cumule près de 30 années d'expérience dans la LHJMQ.

Comme si ce n'était pas assez, le jeune Voyer, un choix de première ronde de l'Océanic, 15e au total, lors du dernier repêchage de la LHJMQ en a profité pour inscrire son premier but en carrière dans le circuit Courteau, un filet que n'a malheureusement pas vu son père, trop occupé à s'assurer qu'il n'y avait pas de hors-jeu.

« Il a un travail à faire tout comme moi, mentionne l'ailier droit de l'Océanic. Il a pu le voir sur vidéo après. Un premier but a mon premier match, j'étais vraiment content d'avoir brisé la glace et je ne lui en veux pas. »

Car de leur propre aveu, s'ils sont père et fils à l'extérieur de la patinoire, ils n'en ont laissé rien paraître sur celle-ci.

« Les annonceurs ont nommé son nom et les officiels m'ont dit que c'était un beau but, mais une fois que la partie est commencée on est dans notre bulle et ça a bien été. Un coup que la game commence je suis impartial quoi qu'il arrive », explique le plus sérieusement du monde Luc Voyer.

Au point où ce dernier a dû escorter un attaquant trop fringuant au cachot à un certain moment...

« C'est le moment ou on a été le plus proche, mentionne Alex-Olivier Voyer en riant. Je m'étais chamaillé un petit peu et il m'a amené au banc de punition en me regardant du coin de l'oeil. »

Possiblement que le paternel se remémorait plusieurs souvenirs sur la glace du Colisée de Rimouski. Il y a 21 ans, il était du match inaugural de l'amphithéâtre en tant qu'officiel. Il y a plus de 10 ans, il y avait apporté son fils qui le suivait fréquemment sur la route et ce dernier avait rencontré Sidney Crosby.

« Sidney Crosby avait pris le temps de venir le voir dans la loge des arbitres après le match pour lui signer un autographe », se souvient Luc Voyer.

Après avoir marqué l'histoire de la LHJMQ avec son père, Alex-Olivier Voyer a de nouveau été impliqué dans un moment fort en émotions le lendemain lorsqu'il a participé au match inaugural du Centre Vidéotron contre les Remparts de Québec, un match que l'Océanic a remporté 4-2 et au cours duquel Voyer a obtenu une passe.

« C'était incroyable. C'est un match de hockey où il y avait beaucoup de distraction, mais c'était indescriptible comme moment. Jamais je n'avais jamais joué devant autant de personnes. Je suis passé de 300 personnes au midget AAA à plus de 18 000 à ma deuxième partie. Ça va être le fun d'y retourner. »

Partager

À lire aussi

  • Dans le junior avec son père comme arbitre?

    Sports

    Dans le junior avec son père comme arbitre?

    Le paternel patine dans la LHJMQ depuis maintenant 28 à titre de membre de la confrérie des arbitres du circuit Courteau. Le fils aimerait bien le... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer