Deslauriers veut faire partie de la solution

Vincent Deslauriers... (La Tribune, Jérôme Gaudreau)

Agrandir

Vincent Deslauriers

La Tribune, Jérôme Gaudreau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le malheur s'acharne sur Vincent Deslauriers depuis le début de sa carrière dans la LHJMQ. Souvent ennuyé par une blessure, l'attaquant du Phoenix de Sherbrooke a notamment raté près de 40 matchs la saison dernière à cause d'une blessure au pied. S'il demeure en santé, Deslauriers souhaite maintenant répondre aux attentes.

Le Phoenix ne se gêne pas pour dire qu'il aimerait ajouter du punch à son attaque déjà bien garnie. En obtenant un poste sur le deuxième trio, Vincent Deslauriers compte bien faire partie de la solution.

«J'avais peur de me retrouver sur la troisième ligne cette année, admet-il. Mais en arrivant au camp, je voulais montrer que j'avais ma place sur les deux premiers trios. J'ai ma chance présentement et je veux la saisir.»

Pour contribuer au succès de son club, le joueur de centre mise sur ses qualités premières :

«Je ne lâcherai jamais. Je vais me servir de mon coup de patin, je continuerai d'être responsable défensivement tout en offrant des points à mon équipe.

Un joueur comblé à Sherbrooke

Vincent Deslauriers a été le sujet de certaines rumeurs de transactions depuis son arrivée en Estrie et le principal intéressé admet qu'il est heureux d'être encore là où sa carrière junior a commencé.

«J'ai réfléchi beaucoup là-dessus. J'étais prêt à tout et j'avais l'impression que je resterais à Sherbrooke. Par contre, on ne sait jamais ce qui peut arriver.»

Le numéro 71 se dit comblé à Sherbrooke.

«J'adore ma famille de pension. Anne-Marie Proulx et Bruno Vachon m'ont fait sentir comme chez moi dès le départ. Quand je suis arrivé, le petit Eliott avait seulement un an et je fais partie de sa vie depuis qu'il est né ou presque. Je suis comme son grand frère et je garderai toujours des liens avec eux.»

Deslauriers admet n'avoir jamais vu le temps passer.

«On dirait que j'ai vieilli de trois ans en deux jours. J'avais 15 ans quand j'ai joué mes premières parties à Sherbrooke et j'aurai 19 bientôt. Un stage junior, ça passe vite.»

Une victoire ce soir

Le Phoenix aimerait amorcer sa route vers la conquête dès ce vendredi soir à 19 h au Palais des sports de Sherbrooke contre les Huskies de Rouyn-Noranda.

«On veut gagner ce match pour débuter la saison du bon pied. Il nous manque de bons joueurs, mais on veut montrer qu'on peut gagner même sans eux», termine le vétéran.

Notons que le défenseur Christopher Izoo et le nouvel attaquant du Phoenix William Claveau des Rangers de Montréal-Est (LHJQ) ont été appelés en renfort afin de combler le départ des cinq joueurs du Phoenix vers leur camp d'entraînement professionnel respectif.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer