Bagarres: la protection des joueurs d'abord, croit Charbonneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Tout comme dans la LNH, de moins en moins de bagarreurs évoluent aujourd'hui dans la LHJMQ. Et ce n'est pas seulement à cause du nouveau règlement limitant le nombre de bagarres à dix durant une saison.

Selon le directeur général Patrick Charbonneau, les joueurs robustes doivent savoir jouer également au hockey afin d'évoluer aujourd'hui dans les ligues élites.

« Je pense qu'à long terme, il n'y aura presque plus de batailles au hockey et j'estime que la protection des joueurs doit primer avant tout », souligne-t-il.

D'ailleurs, comme certaines autres équipes de la LHJMQ, le Phoenix ne compte plus de joueurs utilisés pour se battre uniquement depuis le départ de Trevor Stacey.

« Ce n'est pas à cause du règlement sur les bagarres que Trevor n'évolue plus à Sherbrooke, confie Charbonneau. Au fil du temps, la tendance concernant les batailles a changé. Nous avons toutefois décidé d'ajouter du poids sur la quatrième ligne cette année, mais nos nouveaux joueurs assurent une présence physique et possèdent surtout de très bonnes qualités de hockeyeurs. »

« Si l'on peut construire chaque année une équipe à l'image des Kings de Los Angeles, on serait satisfaits, enchaîne le DG du Phoenix. Les Kings sont difficiles à affronter, ils sont gros, robustes et représentent toute une machine de hockey. Notre marque de commerce sera toujours la vitesse et les habiletés à Sherbrooke, mais on voulait ajouter du poids à notre formation cette saison. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer