Aspirer aux plus hauts sommets

Judes Vallée... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Judes Vallée

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Cette fois, ce serait la bonne. C'est ce qu'espère du moins le Phoenix de Sherbrooke. À sa quatrième saison dans la LHJMQ, les astres semblent parfaitement alignés. Reste maintenant à voir si le Phoenix fera honneur à son slogan : Ensemble pour la conquête.

Le plan de l'organisation est respecté à la lettre jusqu'à maintenant. Après les deux premières saisons qui s'annonçaient plus difficiles, le Phoenix a obtenu l'avantage de la glace à sa troisième campagne lors de la première ronde des séries, mais s'est toutefois incliné face aux Islanders de Charlottetown.

« L'an dernier, on a effectué un grand pas vers l'avant, constate l'entraîneur Judes Vallée. Si notre équipe progresse autant que la saison dernière, on a des chances d'aller loin. Le slogan de cette saison nous pousse à conquérir un petit quelque chose chaque jour. Pour ce qui est de la conquête du championnat, c'est difficile de prétendre que nous pouvons gagner la coupe cette saison sans nécessairement avoir vu les autres équipes à l'oeuvre et en nous fiant aux noms qui se trouvent sur chaque alignement. »

Chose sûre, le Phoenix n'aura aucune excuse cette saison.

« Tout ce que l'on souhaite, c'est de compétitionner tous les soirs. On y est parvenus la saison dernière contrairement aux années précédentes et ça devrait encore être le cas cette année si notre monde reste en santé. On met de côté les excuses pour de bon et on est prêts à gagner », souligne le pilote sherbrookois.

Si le Phoenix tente d'éviter les mots « coupe Memorial » ou « coupe du Président », les membres de l'état-major n'hésitent pas à parler du « premier tiers ».

« Globalement, j'espère qu'on sera dans le top 6, explique Vallée. Certaines équipes seront toutefois avantagées parce qu'elles se trouvent dans des divisions moins fortes, mais nous, on devra se battre tous les soirs. »

Pas un sprint, un marathon

Malgré le fait que le Phoenix se positionne parmi les favoris cette saison, l'organisation refuse de croire qu'une saison parfaite l'attend.

« Une saison de hockey, ce n'est pas un sprint, rappelle Judes Vallée. Si notre club perd la première partie, on ne perdra pas nécessairement le championnat et vice-versa. On amorce vendredi un marathon et l'objectif est d'arriver prêt en séries. Oui, on veut terminer le plus haut possible au classement. On tient toutefois à ce que notre équipe grandisse de jour en jour, et ce, à tous les niveaux. »

L'importance d'une bonne chimie

Comme Judes Vallée se plait à le répéter, une équipe qui mise uniquement sur le talent ne fera pas long feu dans le circuit Courteau :

« On a beaucoup de talent, mais est-ce qu'on sera capables de fournir l'effort nécessaire en travaillant dans les deux sens de la patinoire? Si on pense pouvoir gagner grâce à nos aptitudes uniquement, on se fera jouer un tour comme au dernier match préparatoire! »

Et après le talent et l'effort, place maintenant à la chimie.

« La chimie sera la base de notre succès. Sans elle, c'est difficile de réussir », estime Vallée.

« L'ambiance est bonne présentement et on espère que ça demeure ainsi jusqu'à la fin de l'année », clame le capitaine du Phoenix, Carl Neill.

Dans le cas où le Phoenix raterait sa cible, est-ce qu'il pourrait viser aussi haut l'an prochain?

« On n'a pas de boule de cristal, mais on se demande si des gars comme Carl Neill, Daniel Audette ou les autres bons vétérans par exemple seront de retour l'an prochain. On perdra également de bons joueurs de 20 ans. Heureusement, on conservera une excellente base. Je pense avant tout que cette année, on a les éléments pour aspirer aux plus hauts sommets. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer