Sortie atroce pour les Tigres

Michael Joly a inscrit deux buts à court... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Michael Joly a inscrit deux buts à court d'un homme qui ont fait très mal aux Tigres.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Après avoir bien défendu leur peau à deux reprises à Rimouski, les Tigres de Victoriaville ont été affreux mardi soir devant leurs partisans, s'inclinant par la marque de 8-1 devant l'Océanic. Ils tirent maintenant de l'arrière 3-0 dans la série huitième de finales.

S'ils ont bien fait sur les unités spéciales au cours des deux premiers matchs, les hommes de Bruce Richardson ont été tout simplement atroces à leur premier affrontement devant leurs partisans. Les Félins ont été punis plus souvent qu'à leur tour en début de rencontre, et quelques fois à tort, et les visiteurs en ont profité pour marquer trois fois sur l'attaque à cinq. Après 20 minutes de jeu, la pente semblait déjà bien abrupte pour les négligés.

Malgré leur inconstance en début de partie, Richardson a refusé de blâmer les officiels. Son équipe a ensuite eu une occasion de revenir dans le match, bénéficiant d'un 5 contre 3 de deux minutes. Elle n'est pas parvenue à marquer.

« Ils ont marqué quatre fois sur les unités spéciales et nous sommes zéro en huit. Nous n'avons pas fait le travail. On ne peut pas blâmer les arbitres, ce ne sont pas eux qui ont fait la différence », a signifié l'entraîneur.

En plus de ne pas marquer avec un homme en plus, les Tigres ont vu Michael Joly déjouer leur attaque à cinq à deux reprises pour enfiler l'aiguille. Le premier de ses deux buts a fait 4-1 et littéralement brisé les jambes des locaux. « On voulait se reprendre en désavantage numérique et nous avons bien fait. Ça a été l'histoire de la partie », résume l'instructeur de l'Océanic, Serge Beausoleil.

Motivés ou renvoyés

Interrogé sur les espoirs de son équipe de revenir de l'arrière, maintenant qu'elle est acculée au pied du mur par la meilleure équipe de la LHJMQ, Bruce Richardson est littéralement sorti de ses gonds. Il ne peut concevoir qu'un seul de ses joueurs ait cessé d'y croire.

« S'il faut que je convainque les joueurs que c'est encore possible, je crois que nous les remplacerons par de nouveaux éléments l'an prochain. On joue au hockey. Ces jeunes aspirent à devenir des professionnels. S'ils n'y croient pas, ils sont aussi bien de se préparer à aller jouer dans des ligues de bière. Je ne pense pas qu'un gars comme (Angelo) Miceli veut que la partie de demain soit sa dernière », a-t-il fulminé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer