Le travail rapporte

Le gardien de but du Phoenix, Evan Fitzpatrick,... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Le gardien de but du Phoenix, Evan Fitzpatrick, bloque un tir du Saguenéen Laurent Dauphin.

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Affirmants en marge de leur affrontement contre les Saguenéens de Chicoutimi qu'ils étaient dorénavant en mode séries pour aborder les 13 derniers matchs de leur saison, les joueurs du Phoenix de Sherbrooke pourront dire mission accomplie.

La troupe de Judes Vallée pourra même se vanter d'avoir travaillé pendant près de 63 minutes de jeu, elle qui a défait les hommes de Yanick Jean au compte de 4-3 en prolongation jeudi au Palais des sports.

« C'était un gros match pour nous. On a bien entrepris la partie et on a bataillé tout au long de la rencontre. C'est le genre d'attitude qu'on doit avoir à l'aube des séries», a d'ailleurs fait remarquer Cameron Darcy, l'auteur du but gagnant.

« Mettons qu'on a joué pendant 61 minutes et demie, parce qu'il y a eu une minute et demie qui a été difficile », notait toutefois avec le sourire le pilote sherbrookois après la victoire des siens.

« On a eu un blanc en deuxième période où il n'aurait rien dû se passer et qu'on a donné deux buts, mais en général je suis content de mon groupe, parce que l'autre équipe a travaillé fort », a-t-il expliqué.

Vallée avait tout le loisir de sourire. En plus de fournir un effort constant se soldant par un total de 39 lancers au filet des sags, le Phoenix a été parfait en désavantage numérique, tuant trois punitions, en plus d'en marquer deux en six occasions. Après avoir notamment bombardé le filet de Julio Billia sans être en mesure de compter pendant un avantage de deux hommes en première période, les Sherbrookois se sont repris de belle façon en pareilles circonstances en troisième.« Tu ne peux pas passer à côté d'un cinq contre trois. Tu te dois d'aller chercher un but et on a été en mesure de le faire, un but qui s'est avéré important pour nous (il donnait les devants 3-2). Notre avantage numérique a fait le travail, notre désavantage numérique a fait le travail, on a au-dessus de 30 lancers et on a sûrement donné moins de 11 chances de marquer. Les objectifs ont été atteints aujourd'hui», s'est-il réjoui.

Avec sa victoire de jeudi, le Phoenix affiche une récolte de cinq points sur une possibilité de six lors de ses trois derniers matchs, un rendement bon pour la confiance à l'aube d'une séquence de quatre rencontres à l'étranger si l'on considère que le dernier voyage dans les Maritimes fut catastrophique.« Tous les points qu'on ramasse sont super importants. On était une des quatre équipes en haut de ,500 sur la route avant le voyage dans les Maritimes et c'était important d'aller chercher de la confiance et de la stabilité pour les prochains duels. »

Le Phoenix sera à Baie-Comeau samedi pour y affronter le Drakkar avant de croiser le fer de nouveau contre les Saguenéens dimanche, à Chicoutimi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer