Les Tigres battent leur ancien coach

Carl Marois a marqué deux fois afin d'aider... (Photo Courtoisie PixM)

Agrandir

Carl Marois a marqué deux fois afin d'aider les Tigres à l'emporter 5-1 contre les Saguenéens de Chicoutimi jeudi.

Photo Courtoisie PixM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Yanick Poisson
La Tribune

(Victoriaville) Les Tigres de Victoriaville ont mis fin à une séquence de huit revers consécutifs, jeudi soir au Colisée Desjardins, et pas contre n'importe qui. Ils ont remporté un gain de 5-1 face aux Saguenéens de Chicoutimi et à leur ancien entraîneur, Yanick Jean.

« Toutes les victoires font du bien, mais celle-là elle en fait beaucoup. Malgré la série de défaites, nos gars ont toujours gardé une bonne attitude, ils sont demeurés positifs et ont continué de travailler fort. Enfin, ça a rapporté », affirme l'entraîneur-chef des Félins, Bruce Richardson.

Les locaux ont donné le ton au match avec un peu moins de dix minutes à faire en première lorsque Carl Marois et Samuel Blais ont inscrit des buts à 63 secondes d'intervalle. Ils en ont ajouté un troisième sans riposte à leur retour du vestiaire, puis Angelo Miceli a marqué le but d'assurance en fin de deuxième tiers.

« Ce sont les petits détails qui ont fait la différence pendant notre séquence de défaite. On jouait bien, mais on était victimes de petites choses qui coûtaient cher. J'ai passé quelques messages aux gars, ils n'en ont pas fait une affaire personnelle et on s'est ajusté », explique Miceli.

Jean en furie

Reconnu pour son caractère bouillant, Yanick Jean était carrément en feu après que son équipe ait subi un septième revers en dix matchs. Il n'était pas tant furieux d'avoir raté une belle chance de se rapprocher des Tigres au classement général que de l'affront de son vis-à-vis qui a mis son premier trio sur la patinoire dans les derniers instants du match malgré l'écart au pointage.

« J'ai toujours été correct avec Bruce. Pourquoi a-t-il envoyé Miceli et Blais avec 27 secondes à faire, c'est une disgrâce, un manque de respect total », a fulminé Jean.

« S'il a quelque chose contre moi et qu'il a peur de me le dire en pleine face, il n'a qu'à m'appeler, je suis vraiment surpris », a-t-il continué.

Surpris de la réaction de son vis-à-vis, Richardson a expliqué que Carl Marois avait deux buts et qu'il désirait lui donner la chance de compléter son tour du chapeau. « Yanick est quelqu'un que je respecte beaucoup, ce n'est rien contre lui, je voulais donner la chance au kid », a-t-il expliqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer