Une Classique hivernale à Sherbrooke: trop risquée pour le Phoenix

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Est-il possible de rêver à la tenue d'une Classique hivernale de la LHJMQ à Sherbrooke dans un avenir rapproché? La réponse est simple: non.

Sylvie Fortier... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Sylvie Fortier

Archives La Tribune

« Le risque financier lié à la réalisation de ce projet est trop important », avance la directrice des opérations du Phoenix, Sylvie Fortier.

D'ailleurs, le sujet n'a jamais été abordé entre les membres de la direction et les actionnaires du Phoenix selon Mme Fortier.

« L'activité est superbe, mais la rentabilité du projet et le succès de l'événement dépendent trop de la température. S'il y a de la pluie et une chaude température juste avant la tenue de la Classique ou lors de la présentation des parties, ça vient changer tous les plans. Nous avons organisé de beaux projets récemment, et nous continuerons à le faire, mais la Classique hivernale n'est pas dans notre mire. »

L'endroit idéal à Sherbrooke aurait bien sûr été le stade extérieur du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke.

« Il ne faudrait pas abîmer la surface », soutient Sylvie Fortier, tout en convenant que s'il y a bien une équipe dans le circuit qui pourrait tenir la prochaine Classique hivernale, ce serait les riches Remparts de Québec à l'intérieur du stade du Rouge et Or.

« Même eux n'osent pas s'y aventurer », remarque-t-elle.

Sylvie Fortier rappelle finalement que les Cataractes de Shawinigan ont travaillé sur cette Classique hivernale durant cinq ans.

« C'est très compliqué et dispendieux. Ça demande beaucoup de préparation. Mais qui sait? Peut-être que l'événement à Saint-Tite fera des petits... »

« J'ai déjà pris part à une classique hivernale et j'adore le concept, a quant à lui fait valoir l'actionnaire et vice-président Hockey, Jocelyn Thibault. Mais pour l'instant, on ne compte pas en présenter une à court ou moyen terme. L'organisation des assises de la LHJMQ prend déjà beaucoup de notre temps. Le Phoenix en est à sa troisième saison seulement et on souhaite avant tout bien construire nos fondations.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer