Jérémy Grégoire est laissé de côté

Jérémy Grégoire... (Archives La Tribune)

Agrandir

Jérémy Grégoire

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Tenu à l'écart du jeu depuis le début de la saison en raison d'une blessure au poignet qu'il s'est infligée lors du camp du Canadien de Montréal, Jeremy Grégoire a finalement dû se résoudre à être laissé de côté pour le camp final d'Équipe Canada junior.

La formation nationale des moins de 20 ans a dévoilé hier la liste des joueurs invités à l'ultime étape de sélection avant le Championnat mondial junior et si trois joueurs de la LHJMQ y étaient inscrits, le nom de Jeremy Grégoire, pressenti comme un choix assuré cet été pour en faire partie, n'y figurait pas.

«C'était pas mal limite pour savoir si j'étais capable de participer ou pas au camp d'entraînement, explique le Sherbrookois. C'est mon dernier jour avec une attelle. Je me disais que peut-être qu'il me donnerait une chance, mais comme je n'ai pas joué de match cette année ils ne m'ont pas invité.»

Le hockeyeur de 19 ans assure qu'il ne s'est jamais découragé et qu'il aurait été physiquement prêt si jamais il avait été parmi les 29 joueurs invités. Sa blessure ne l'a jamais empêché de garder la forme en gymnase et il chausse les patins depuis maintenant trois semaines.

«Dès que j'ai eu ma blessure, j'ai eu une discussion avec l'entraîneur Benoit Groulx qui me disait de ne pas m'en faire et qu'il attendrait après la Super série Subway. J'avais juste une option, c'était de me présenter en forme si jamais il m'appelait. J'ai été positif tout au long du processus même s'il n'a pas tourné en ma faveur. C'est dommage, mais je sais que si j'avais été à 100 % j'aurais eu de bonnes chances de faire l'équipe. Il n'y a rien de perdu, c'est seulement décevant que je ne l'utiliserai pas dans le même but.»

L'espoir du Canadien de Montréal ne voit pas sa malchance comme une occasion ratée d'impressionner davantage l'organisation qui l'a repêché en 2013 et dit plutôt prendre la décision d'Équipe Canada junior avec philosophie.

«C'est certain que j'aurais aimé y participer. C'est l'élite du hockey junior. Ça aurait été un bonus, mais je suis plus quelqu'un qui marche dans l'optique qu'il n'arrive rien pour rien. C'est un des messages que j'envoie. Ça va me permettre de passer le temps des Fêtes avec ma famille et me concentrer sur mon retour avec le Drakkar.»

Au cours des prochains jours, il pourra enfin recommencer à tirer au filet et, l'espère-t-il, marquer des buts.

«J'ai hâte. Ça fait quatre mois que je regarde tout le monde le faire sauf moi», relate celui qui devrait revenir au jeu au plus tard à la fin du mois.

Il a d'ailleurs vu son jeune frère Thomas, défenseur avec le Phoenix de Sherbrooke, inscrire son premier but en carrière dans la LHJMQ la fin de semaine dernière. Si Jérémy s'est réjoui pour lui, il s'est tout de même empressé de lui rappeler qui était le marqueur de la famille.

«J'étais content pour lui, soutient Grégoire. Je l'ai texté pour le féliciter... pour une fois qu'il peut être en avant de moi dans la colonne des buts.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer