Un autre Grégoire derrière le banc

Jérémy Grégoire... (Archives La Tribune)

Agrandir

Jérémy Grégoire

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Baie-Comeau) Si certains joueurs ne savent toujours pas ce qu'ils voudront faire une fois leur carrière d'athlète terminée, Jérémy Grégoire en a maintenant une bonne idée.

Éloigné de la patinoire depuis le début de la saison en raison d'une blessure au poignet qu'il s'est infligée pendant son séjour au camp d'entraînement du Canadien de Montréal, le capitaine du Drakkar de Baie-Comeau a effectué un retour récemment... derrière le banc!

« Ce n'est pas moi qui ai eu l'idée, c'est le directeur général (Steve Ahern), explique Grégoire. Au début, comme mon absence était censée être de courte durée, on m'a dit de continuer à faire mon travail dans la chambre avant les pratiques, mais quand on a su que ça allait être plus long, Steve m'a demandé d'aller derrière le banc et ça ne me dérangeait pas du tout »

Le Sherbrookois en était déjà à son sixième match en tant qu'entraîneur adjoint au moment d'accueillir le Phoenix de Sherbrooke samedi dernier. Non seulement l'expérience ne l'a pas dérangé, il y a pris goût plutôt rapidement.

« Ça me fait vraiment plaisir. J'ai eu ma première expérience à Rimouski. J'ai eu la chance de rouler les défenseurs et ça très très bien été. Je pense que j'ai eu la piqûre! »

« Pour plus tard, je pense que c'est quelque chose que j'aimerais faire. C'est certain que ça prend beaucoup d'analyse, d'action-réaction, mais j'aime bien ça. Je m'occupe maintenant des attaquants en leur donnant des conseils et faire ma part au niveau du leadership en était derrière les gars pendant les matchs. »

Une semaine après son premier match dans son nouveau rôle, l'attaquant de 19 ans s'est retrouvé confronté à son père lors d'une visite du Drakkar chez le Titan d'Acadie-Bathurst. Une rencontre qui s'est soldée par une victoire de 4-3 en faveur de Baie-Comeau. Il n'y a cependant pas eu de virulentes discussions entre les deux entraîneurs adjoints, jure le fils aîné de Jean-François Grégoire.

« On s'est jasé un peu avant, mais pas pendant. On a un rôle un peu plus effacé en tant qu'adjoint et c'était juste plaisant de regarder l'autre bord et de voir son père. »

« Ç'a été quelque chose de spécial. Le coaching c'est dans ma famille depuis mon grand-père. Le fait d'être là contre lui (son père) c'était assez spécial et ma mère était aussi à Bathurst. D'être les trois réunis ça n'arrive pas souvent et c'était bien plaisant. »

De retour en décembre

Malgré son intérêt évident pour le rôle d'entraîneur, Jérémy Grégoire ne cache pas que sa passion première demeure d'être sur la glace pour jouer au hockey. Arborant toujours un plâtre qui lui couvre la presque totalité du bras gauche, le Sherbrookois estime qu'il devrait être de retour « quelque part en décembre ».

« Au mieux, je vais revenir au début du mois de décembre, au pire, ça va être à la fin du mois », mentionne-t-il.

« J'ai eu un gros plâtre jusqu'au biceps pendant 10 jours et je vais avoir un plus petit plâtre pendant encore un mois par la suite. Au moins, je peux encore m'entraîner, alors je ne perds pas la forme. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer