Un Vert & Or plus intense

Mécontent de la tournure des événements, l'entraîneur-chef du... (Spectre Média, Stéphanie Vallières)

Agrandir

Mécontent de la tournure des événements, l'entraîneur-chef du Vert & Or Mathieu Lecompte a décidé de serrer la vis à ses joueurs à l'entraînement cette semaine.

Spectre Média, Stéphanie Vallières

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke n'a pas 12 options ; il doit gagner son duel de samedi soir contre les Redmen de l'Université McGill s'il espère toujours garder intactes ses chances d'accéder aux séries éliminatoires du football universitaire québécois.

Après deux parties en cette saison régulière 2017, le Vert & Or a deux défaites au compteur, alors que son adversaire revendique quant à lui un revers lors du seul match qu'il a disputé jusqu'ici.

Après un revers de 40-5 en ouverture contre le Rouge et Or à Québec, Sherbrooke s'est incliné 23-22 contre les Stingers de Concordia la semaine dernière, une défaite subie lors du dernier jeu du match.

Mécontent de la tournure des événements, l'entraîneur-chef du Vert & Or Mathieu Lecompte a décidé de serrer la vis à ses joueurs à l'entraînement cette semaine.

« On n'a pas serré la vis, on l'a cassé. On a appris beaucoup lors de ces deux défaites, on a payé le prix, en équipe. Depuis le début du camp d'entraînement, je traite les joueurs comme des pros ; on pratique sans épaulettes, sur un tempo plus relax, on a davantage misé sur les aspects techniques. Les résultats m'ont attristé, alors moment donné, on revient à la base », a expliqué l'entraîneur-chef.

« À Québec, les excuses étaient au rendez-vous. Mais contre Concordia, chez nous, je ne peux pas blâmer seulement les joueurs. On joue comme on pratique. On a raté trop de plaqués lors de ces deux premiers matchs. Alors on a fait tous les entraînements en épaulettes cette semaine. On veut jouer physique et intense. Le message a toujours été clair ; je leur ai toujours dit : je vous laisse faire vos affaires, mais si on est douillet, je vais m'en occuper. »

Le Vert & Or a offert une performance inégale contre les Stingers. Tantôt aphones en attaque en première demie, il a produit de belles choses à compter du troisième quart.

L'unité défensive, tantôt bonne, tantôt moins bonne, n'a pu freiner les Stingers à leur dernière séquence offensive du match. Une séquence où le quart Trent Miller a complété quatre passes consécutives avant de positionner son équipe en position pour le placement victorieux.

Le retour de David Lessard

Ce match contre les Redmen signifie également le retour à Sherbrooke de David Lessard, qui a passé 10 ans au sein du programme Vert & Or, dont les quatre dernières à titre d'entraîneur-chef de l'équipe.

Il est désormais responsable de la ligne à l'attaque et du suivi académique avec les Redmen.

Son contrat, de même que celui du coordonnateur offensif Mathieu Pronovost, n'a pas été renouvelé à l'issue de la dernière saison.

« David est quelqu'un que je respecte, mais son retour à Sherbrooke ne change rien à notre préparation. C'est un homme dédié, passionné, et je suis très content qu'il ait pu se replacer rapidement. Cependant, je n'ai rien à prouver ou à montrer, ni aucun sentiment de devoir faire encore mieux parce qu'il revient à Sherbrooke. Ce n'est pas un sujet qu'on a abordé dans l'équipe. On est concentré sur nous », a estimé Mathieu Lecompte, qui agissait à titre de responsable de la ligne défensive du Vert & Or l'an dernier.

« J'ai beaucoup de respect pour les Redmen et l'équipe sera très bien préparée pour samedi. L'équipe a un bon personnel d'entraîneurs et on voit les répercussions positives du recrutement des dernières années. L'an dernier, ils nous ont battus ici alors qu'ils avaient 28 gars de première année. »

L'an passé, à la semaine 2 du calendrier... (Spectre Média, Maxime Picard) - image 2.0

Agrandir

L'an passé, à la semaine 2 du calendrier régulier, les Redmen avaient surpris le Vert & Or, à Sherbrooke, avec une victoire de 19-18 orchestrée par une remontée de 16 points.

Spectre Média, Maxime Picard

Les Redmen visent un effort de 60 minutes

L'entraîneur-chef des Redmen de McGill Ronald Hilaire est catégorique ; ses joueurs devront fournir un effort plus constant s'ils veulent avoir une chance de l'emporter samedi soir.

À leur premier match du calendrier régulier, contre le Rouge et Or de l'Université Laval, les Rouges ont donné du fil à retorde aux champions en titre de la Coupe Vanier pendant une vingtaine de minutes.

En avance au pointage par 7-3 après 15 minutes de jeu, le ciel est tombé sur les têtes des Redmen à compter de la huitième minute du deuxième quart. Marque finale, 50-14 pour le puissant Rouge et Or.

« L'objectif est clair, on veut jouer 60 minutes de bon football. On a montré de belles choses contre Québec, mais ce fut loin d'être suffisant. Ça nous prend un match complet cette fois, et pas seulement 25 minutes de jeu », a dit l'entraîneur-chef.

Les Redmen ont été limités à 284 verges d'attaque totale contre Québec, dont seulement 28 au sol.

L'an passé, à la semaine 2 du calendrier régulier, les Redmen avaient surpris le Vert & Or, à Sherbrooke, avec une victoire de 19-18 orchestrée par une remontée de 16 points.

Le Vert & Or a cependant battu McGill lors de leur deuxième affrontement, par 20-11 à Montréal.

Les Redmen ont perdu quelques soldats au combat contre Québec, dont le joueur de ligne offensive Alexandre Landreville et le joueur de ligne défensive Andrew Senet-Spaulding.

« Ce sont d'excellents joueurs et leur absence a paru. Mais je répète qu'on n'est pas à un joueur près, alors le problème, c'est qu'on n'a pas gardé le même rendement lorsque ces gars-là ont été blessés. Il aurait fallu être prêts. »

Un Vert & Or à l'image de son entraîneur-chef

« On s'attend à affronter une équipe à l'image de son entraîneur-chef. Mathieu Lecompte est très fier, extrêmement confiant et combatif. L'équipe est sûrement prête à rebondir après deux matchs où ils n'ont pas eu les résultats escomptés », a dit M. Hilaire.

« (Gabriel) Polan et (Tomy) Duperron ont montré de belles choses contre Québec et l'Américain (Jermer) Braswell en a fait autant contre Concordia. C'est une équipe qui n'a peur de rien. »

Se méfier du gazon... mais pas trop

La température humide et pluvieuse de la dernière semaine rendra fort probablement le gazon naturel du Stade de l'Université un peu plus glissant qu'à l'habitude.

« Tu veux tenir compte de cet aspect, mais pas au point de tout changer pour un seul match en saison. Les receveurs devront ralentir leurs "cuts" lors des tracés et les joueurs de ligne devront être attentifs lorsqu'ils seront en doublage au bloc. Ça peut changer la donne, mais pas tant. On arrive trois heures avant le match, on va évaluer à ce moment », a indiqué Ronald Hilaire.

« Je veux retrouver l'équipe du début du match contre Québec ; en sortant du camp d'entraînement, on savait qu'on avait du talent. Notre mot-clé cette année c'est "finish". On doit compléter nos séquences, et on ne l'a pas fait contre Québec. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer