Mathieu Hébert saisit chaque instant

Mathieu Hébert: « Les équipes savent ce que... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Mathieu Hébert: « Les équipes savent ce que je peux livrer, mais je dois prouver que je peux le faire au même niveau qu'avant ma blessure. »

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Mathieu Hébert dispute sa dernière saison au football universitaire en 2017. Une saison importante pour le Sherbrookois, qui veut non seulement aider le Vert & Or à retourner en séries éliminatoires, mais aussi poursuivre son rêve de jouer chez les professionnels.

La pente a été dure à remonter, pour Hébert.

Blessé sérieusement au genou dans un match contre le Rouge et Or à Québec en octobre 2015 - déchirure du ligament croisé antérieur - Hébert a mis du temps à se remettre à 100 pour cent.

Une longue réhabilitation qui lui a fait rater sa chance de participer au Défi Est-Ouest, l'une des principales vitrines pour les universitaires canadiens admissibles au repêchage de la Ligue canadienne de football (LCF).

Hébert, au moins, sait qu'il peut désormais contrôler sa destinée. En grande partie du moins.

« C'est le classique, il faut en profiter, tu me verras pas chialer à une pratique parce ce qu'il pleut mettons! J'ai été blessé, je sais c'est quoi le feeling de ne pas jouer quand il y a encore du foot, et c'est plate, alors je compte bien profiter de tous les petits moments cette saison », a dit le grand rouquin.

« Pour le reste, je joue ma saison, je me concentre là-dessus. Il y a encore des équipes LCF avec qui je parle depuis ma deuxième année universitaire. Ensuite, je veux participer à des camps pros afin de me faire voir le plus possible. »

« Les blessures ont fait mal, ça m'a bouché une fenêtre d'opportunité notamment au Défi Est-Ouest. C'est vraiment ce point-là qui me déçoit, mais il fallait que me concentrer sur ma réhabilitation », a-t-il indiqué.

« Les équipes savent ce que je peux livrer, mais je dois prouver que je peux le faire au même niveau qu'avant ma blessure. J'ai participé à un camp avec les Alouettes de Montréal en mars dernier, et ça a bien été. Ma saison sera donc déterminante. »

Avec le retour en santé du botteur de précision Pierre-Antoine D'Astous, Hébert peut désormais se concentrer sur son rôle de botteur de dégagement, sa grande force.

« Un botteur à une fenêtre d'opportunité de trois ans pour se faire valoir, ce n'est pas comme les autres positions. Je vais mettre l'accent là-dessus avant de me concentrer sur mon domaine d'études, les communications. »

Garder la concentration

Avec deux défaites en ce début de saison 2017, le Vert & Or a un gros match sur les bras ce samedi, avec la visite des Redmen de McGill.

« On ne voit pas ça, je n'y pense pas, c'est fait, alors ça ne donne rien de regarder en arrière et c'est le présent qui compte. J'aime mieux dire à la fin de l'année : on a gagné malgré un départ difficile », que l'inverse. En même temps, il faut apprendre de ces deux défaites, il y a toujours du positif à retirer de toutes les situations », a dit Hébert.

« On ne se le cache pas, c'est un gros match celui contre McGill. Avec nos deux défaites, on peut plus se permettre de trébucher. Il ne faut pas non plus voir ça trop gros, il faut continuer à avoir du plaisir et les victoires vont venir. On sait qu'on est bon, on attend juste que ça débloque. »

Le match de samedi débutera à19 h.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer