• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Un Magogois devenu célèbre grâce aux Mardis cyclistes 

Un Magogois devenu célèbre grâce aux Mardis cyclistes

Avec un record de sept titres aux Mardis... (Photo fournie)

Agrandir

Avec un record de sept titres aux Mardis cyclistes de Lachine, le Magogois d'origine Jean-François Laroche verra son nom associé à jamais à cet événement sportif.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) S'il est vrai que tous les records sont faits pour être battus, certains peuvent avoir une espérance de vie plus longue que les autres. Le dernier record qui s'inscrit dans cette catégorie est celui du Magogois d'origine Jean-François Laroche, dont le nom restera associé à jamais aux Mardis cyclistes de Lachine.

En mettant il y a quelque temps la main sur un 7e championnat à cette prestigieuse compétition, Laroche s'est réservé une place choix dans le livre d'histoire de cette prestigieuse compétition, qui célébrait en 2017 ses 40 ans d'existence.

« Lorsque j'ai fait mes débuts aux Mardis cyclistes, j'étais loin de me douter que ça prendrait cette tournure pour moi. Tout d'abord parce que dans ma tête, je ne me suis jamais considéré comme un spécialiste du sprint. C'est à compter de mon cinquième championnat que j'ai commencé à croire que je pourrais éclipser le record de six titres de Yannick Cojan », confie le champion.

La marque de Cojan tenait la route depuis 1999. Dix-huit ans plus tard, Jean-François Laroche est devenu le nouveau recordman des Mardis cyclistes de Lachine. Cojan a inscrit ses victoires sur une période de 12 ans, deux de plus que Laroche.

« Je parais bien, mais tout ça a été le résultat incroyable d'un travail d'équipe. C'est une réalisation d'équipe exceptionnelle, parce que pendant 10 ans les gars ont roulé pour moi. J'étais le leader désigné et celui à qui on ouvrait le chemin pour gagner à la fin sur un dernier sprint. Tous les gars qui ont fait partie de notre équipe méritent un morceau du record », fait valoir Laroche

Le Sherbrookois Pierre-Olivier Boily en est un qui a joué un grand rôle dans les multiples victoires de Laroche au fil des années. « Pierre-Olivier s'est carrément sacrifié pour moi. Il s'en est tapé des allers-retours entre Sherbrooke et Lachine pour venir courir aux Mardis cyclistes et m'aider à faire de moi le nouveau recordman des Mardis cyclistes », explique celui qui continue de venir faire son tour chaque fin de semaine dans sa région natale.

Une carrière bien remplie

Âgé de 37 ans, Jean-François Laroche ne songe pas encore à la retraite, lui qui a débuté en vélo de montagne à 14 ans seulement. Seulement ralentir. À 21 ans, Laroche a troqué son vélo de montagne pour le vélo de route. Entre 21 et 25 ans, il se rendait régulièrement en Europe, surtout en France et en Belgique, pour s'entraîner et participer à des courses le printemps et l'automne.

« Il est temps que je tourne la page, mais peut-être pas encore complètement. Je pourrais même retourner à la ligne de départ des Mardis cyclistes, mais cette fois ce sera à mon tour de me sacrifier pour un équipier. J'ai toujours eu une belle relation avec le monde du vélo. En Europe, j'ai vraiment été en mesure de voir comment ça se passait de l'autre côté de l'Atlantique et de le vivre. De goûter en plus aux Mardis cyclistes qui font partie de notre folklore québécois comme je l'ai fait, ce fut un bonus », a déclaré Jean-François Laroche.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer