Midget AAA : un monopole menacé?

Le départ de Jérémy Jacques de la Ligue... (Photo Archives, La Tribune)

Agrandir

Le départ de Jérémy Jacques de la Ligue midget AAA vers les États-Unis constitue une lourde perte pour les Cantonniers. Il démontre également l'attrait des autres ligues pour les joueurs de talent.

Photo Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Depuis déjà plusieurs décennies, la Ligue midget AAA du Québec s'attribue le monopole de l'excellence pour les hockeyeurs de cette division sur le territoire de la Belle Province. Et avec raison.

Or, je me questionne depuis quelque temps déjà si ce monopole n'est pas en train de s'effriter légèrement. Pas de panique à avoir dans la cabane, mais il y a peut-être maintenant matière à s'ajuster, un tant soit peu, pour faire face à l'opposition qui se dresse ici et là.

Les institutions scolaires qui possèdent leur équipe juvénile D1 au sein du RSEQ mettent les bouchées doubles pour attirer les meilleurs hockeyeurs. Depuis l'an dernier surtout, certains hockeyeurs ont délaissé le midget AAA au profit du juvénile D1. Cela n'ira pas en diminuant, qu'on se le dise. Il y a aussi la LHPS qui se montre très agressive. Et maintenant, voilà qu'un Jérémy Jacques décide de s'exiler aux États-Unis à 16 ans seulement plutôt que revenir compléter son stage midget AAA avec les Cantonniers de Magog. D'autres seront peut-être tentés de l'imiter dans le futur. Mais encore faut-il avoir le talent pour évoluer dans la USHL au pays de l'Oncle Sam.

La nouvelle réalité du hockey élite est ainsi. Les offres se multiplient et il n'y a plus seulement le midget AAA sur la table. Pour connaître assez bien la direction de la Ligue midget AAA, je suis convaincu qu'elle est déjà au boulot pour demeurer au sommet.

Toutefois, il ne faut pas croire pour autant que le calibre de jeu du juvénile D1 et de la LHPS s'approche du midget AAA. Dernièrement, un responsable de la LHPS laissait croire qu'il en était ainsi. Je ne veux pas paraître baveux, mais le monsieur charriait. Et des dépisteurs de la LHJMQ sont là qui me le rappellent régulièrement.

Le juvénile D1 et la LHPS présentent tout de même de l'excellent hockey. Un très bon calibre à découvrir pour les amateurs. Il y a de plus en plus de ces équipes en Estrie.

Le téléphone sonne

Les équipes de la Ligue midget AAA du Québec sont aux aguets et surveillent de très près ce qui se déroule au camp d'entraînement des Cantonniers de Félix Potvin.

Je le sais de très bonne source. Plusieurs équipes attendent de voir quels joueurs seront retranchés à Magog au cours des prochains jours pour les inviter à leur tour à leur camp.

Le bruit court partout que Félix Potvin sera obligé d'ignorer d'excellents jeunes de 15 ans et peut-être même des plus vieux appartenant à des équipes de la LHJMQ. Le téléphone sonne donc chez plusieurs intervenants du monde du hockey mineur dans la région qui ont une bonne connaissance de ces joueurs. On veut tout savoir à leur sujet. Qui de mieux que leurs anciens entraîneurs pour bien renseigner leurs homologues du midget AAA?

Les équipes midget AAA ne veulent pas échapper un joueur du territoire des Cantonniers qui pourrait les aider. La prochaine semaine sera palpitante au camp des Cantonniers.

Jérémy Jacques

Pour clore le dossier Jérémy Jacques qui ne sera pas de retour avec les Cantonniers, il s'agit d'une lourde perte pour la formation magogoise. Je ne connaissais pas les intentions de Félix Potvin, mais je suis persuadé que ce dernier voyait Jacques comme son futur capitaine. L'an dernier à 15 ans seulement, Jérémy Jacques se comportait déjà comme un général à la ligne bleue et un leader avec son équipe. Si jamais le Phoenix de Sherbrooke le récupère dans un an ou deux, ils seront nombreux à encenser Jocelyn Thibault.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer