Anderson MacDonald échangé aux Wildcats

Anderson MacDonald a finalement trouvé preneur et est... (Photo fournie par Le Phoenix)

Agrandir

Anderson MacDonald a finalement trouvé preneur et est devenu un membre des Wildcats de Moncton jeudi après-midi.

Photo fournie par Le Phoenix

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Jocelyn Thibault a touché le gros lot en échangeant Anderson MacDonald aux Wildcats de Moncton jeudi. Le Phoenix de Sherbrooke a obtenu un choix de première ronde en 2018, une autre sélection de premier tour en 2019, un choix de 2e ronde en 2019 et l'ancien des Cantonniers Jérémy Jacques

Il serait surprenant de voir Jacques dans l'uniforme bleu et crème cette saison étant donné qu'il s'est montré intéressé par la USHL et qu'il a été repêché par le Steel de Chicago (voir autre écran). Le Phoenix cède donc un choix de deuxième ronde en 2019 dans cette transaction. Un choix qu'il retrouvera si le défenseur n'évolue jamais dans la LHJMQ.

Rappelons que MacDonald avait demandé un échange après avoir été cloué au banc pour une question d'attitude. À sa première saison dans le junior majeur, l'ailier a marqué 29 buts et amassé 12 mentions d'aide en 50 parties.

« Le dossier de MacDonald était lourd. Et ce, depuis le début de l'été. Les discussions avaient repris récemment. Je n'ai jamais souhaité son départ, mais c'était clair qu'il ne voulait pas revenir à Sherbrooke. Je ne voulais pas que ce cas devienne une distraction. En fait, j'ai l'impression que les rumeurs devenaient déjà une distraction », a confié le directeur général du Phoenix, qui se disait très satisfait selon les circonstances.

« Anderson MacDonald avait une très courte liste d'équipes pour lesquelles il souhaitait évoluer. Il visait bien sûr les Maritimes, ce qui a limité les discussions avec les autres formations et dans les circonstances, je suis très heureux de ce que l'organisation a reçu. Des choix de première ronde, ça ne se vend pas comme du popcorn. Les équipes les conservent et quand elles cèdent un choix de premier tour, c'est parce qu'elles obtiennent quelque chose de très intéressant en retour », poursuit Thibault.

Une banque de choix regarnie

Repêché en première ronde en 2016, Anderson MacDonald aura donc assurément rapporté deux choix de première ronde et peut-être aussi un bel espoir en Jérémy Jacques.

« Les Wildcats ne devraient pas être une puissance, donc le choix de première ronde en 2018 est très important, note Thibault. On sait également que la cuvée sera intéressante l'an prochain et il y aura beaucoup de bons espoirs locaux admissibles au repêchage. Je crois que l'organisation en sortira gagnante, mais on souhaite la meilleure des chances à Anderson. Ce dossier a été bien réglé. Anderson sera content et de notre côté, on a reçu une belle valeur en retour. »

Le DG des Oiseaux admet qu'il n'a pas encore eu le temps de discuter avec Jérémy Jacques, sa famille et son agent. Jacques a été repêché en deuxième ronde même si les Wildcats savaient qu'il ne voulait pas évoluer dans la LHJMQ. Le défenseur des Cantonniers était vu comme un espoir de premier tour.

« Il est en effet intéressé par les rangs américains, mais il n'est pas encore parti, rappelle le DG. Qui sait, peut-être qu'il aura le goût de revenir au Québec, surtout s'il sait qu'il évoluera à Sherbrooke dans sa région? »

Triste, mais soulagé

Rejoint jeudi en fin d'après-midi, l'ancien ailier du Phoenix s'est dit attristé de quitter Sherbrooke.

« J'avais de bons amis ici, confie MacDonald. J'aimais mes coéquipiers, j'aimais l'endroit et toute cette histoire me déçoit un peu. Mais un nouveau départ s'offre à moi à Moncton et je suis soulagé que tout cela soit fini. Je pourrai me concentrer sur la prochaine saison, qui sera très importante pour moi puisqu'il s'agit de mon année de repêchage dans la LNH. »

Un poste de plus pour les recrues

Avec cet échange, une chaise se libère dans la hiérarchie du Phoenix de Sherbrooke.

« Je suis convaincu qu'il y aura une bataille à l'interne afin d'occuper ce siège laissé vacant. Avec l'arrivée des recrues Samuel Poulin et Bailey Peach ainsi que la présence du vétéran Mathieu Olivier, on va s'en sortir. Sans parler des surprises au camp qui peuvent survenir. On possède beaucoup de profondeur à l'attaque et on comblera amplement le départ de MacDonald, je ne suis pas du tout inquiet », estime Jocelyn Thibault.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer