• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Se dépasser dans la boue, la mousse et la couleur 

Se dépasser dans la boue, la mousse et la couleur

Les courses à obstacles sont tellement plus amusantes... (Photo fournie)

Agrandir

Les courses à obstacles sont tellement plus amusantes bien accompagné. Samedi, j'ai complété le parcours avec mon amie et partenaire de course, Alex Croteau.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(NORTH HATLEY) Billet / Pourquoi tu cours dans la boue? Pourquoi tu ne fais pas ton 5 km au gym ou dans un beau sentier? Pour l'expérience, mais surtout pour se dépasser.

Ce qui m'a tout de suite plu dans le concept, c'est l'accessibilité de l'événement. Des enfants, des adolescents et des adultes de tous les gabarits et de toutes les conditions y trouvent leur compte. Pour ma part, je suis loin d'être une athlète!

Les coureurs élites partent loin devant pour obtenir un bon temps, mais tous ceux qui suivent le font par pur plaisir.

Courir 5 km, c'est relativement facile. Mais quand on y ajoute des montées abruptes, de la boue qui emprisonne vos pieds à chaque pas et 45 obstacles de toute sorte, ça devient un beau défi.

Samedi, à la Run4Fun, on commençait le parcours en se faisant asperger de poudre colorée et de mousse. Qui n'aime pas se faire salir un peu pour la bonne cause de temps en temps?

S'enfilaient ensuite des filets à grimper, un lac à traverser et des structures géantes à escalader. On parle d'une course, mais pour la plupart, les obstacles sont si demandant, qu'on profite des entre-deux pour respirer un peu.

Ayant légèrement le vertige et étant moyennement agile, je l'avoue, la plupart des épreuves proposées me forcent à repousser mes limites. Il est toujours possible de contourner les obstacles, mais la véritable victoire c'est d'au moins tout tenter.

Difficile de laisser tomber quand tout le monde autour s'encourage et s'entraide pour réussir à se surpasser. Il n'y a pas d'inconnus ou de compétiteurs dans les courses à obstacles, que des alliés. On passe tous à travers la même chose après tout.

Et tout le monde est incroyablement souriant. Un vol plané en descendant une pente parsemée de racines a été mon meilleur fou rire de la journée!

Ma partie préférée? Sans hésitation l'énorme glissade avant l'obstacle finale. On file à une vitesse assez notable sur une bâche de plastique mouillée pour finir dans un bassin d'eau boueuse. Impeccable après avoir sué pendant deux heures et demie!

Et ces souvenirs me reviennent en tête plusieurs jours après la course. Quand je cogne l'un de mes nombreux bleus sur le tibia, quand je retrouve un peu de boue encore encrassée sous mes ongles d'orteils ou quand j'éternue de la poudre rose et mauve.

Mon prochain rendez-vous? La Zombie Apocalypse le 28 octobre. Même endroit, même concept. Suffit simplement de s'enfuir d'une horde de zombies affamés en plus.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer