Bavardage sportif

Serge Dugas et Félix Potvin... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Serge Dugas et Félix Potvin

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) J'ai eu plusieurs échos sur mes deux articles publiés jeudi sur le Magogois Serge Dugas, entraîneur au sein de l'équipe nationale masculine de vitesse de ski alpin. Les plus jeunes ont découvert un homme qui leur était méconnu et les plus vieux m'ont rappelé que Dugas était aussi un excellent hockeyeur.

D'ailleurs, lorsqu'il a la chance de revenir à la maison durant la saison hivernale, Dugas se fait un devoir d'assister aux joutes locales des Cantonniers de Magog. Comme il me le racontait, il ne se contente pas d'être spectateur. « Je m'installe derrière le banc des Cantonniers et je dirais que j'ai les yeux 50 pour cent sur l'action qui se déroule sur la glace et l'autre 50 pour cent du temps à épier les moindres gestes de Félix Potvin. Entre entraîneurs, on se comprend beaucoup même si nous ne bossons pas dans le même sport. J'ai énormément de respect pour Félix. Les Cantonniers sont tellement chanceux de l'avoir dans leurs rangs. Les joueurs ne peuvent avoir un meilleur entraîneur pour leur développement. J'espère qu'ils en sont conscients », me confiait Dugas.

Personnellement, je dirais qu'il y a un parallèle à faire entre ces deux entraîneurs qui habitent dans la région de Magog. Ils ne font pas beaucoup de vagues sur la place publique et ne recherchent pas l'attention des médias, mais en matière de compétence, ils sont au sommet.

D'ailleurs, permettez-moi d'ajouter qu'avec toutes les certifications d'entraîneur que possède Dugas, dont le niveau 5 PNCE, ce gars-là pourrait être conférencier dans un séminaire pour entraîneurs, tous sports confondus.

Et comme il me le disait lui-même, il continue d'apprendre, notamment en travaillant avec l'Autrichien Burkart Schaeffer, l'entraîneur-chef de l'équipe masculine de vitesse.

Mahony l'innovateur

Patrick Mahony n'a plus besoin de présentation en région. Le Magogois n'est jamais à court d'idées pour agrémenter la vie des sportifs. Pensons au circuit CourirEnEstrie qu'il a fondé et tout récemment son nouveau produit à l'intention des cyclistes. Ce ne sont que quelques exemples parmi tant d'autres.

En début de semaine prochaine, Mahony tiendra sa conférence de presse pour le Défi des collines de Sainte-Catherine-de-Hatley. Évidemment, Mahony n'a pas voulu me dévoiler le punch de sa conférence de presse, mais il me garantit que ça ne laissera personne indifférent dans le monde de la course à pied. Connaissant l'individu, attendez-vous à une mini-révolution. Soyez à l'affût des nouvelles la semaine prochaine.

Pas la même compétition

Vous le savez, j'étais devenu accro à la nage longue distance en eau libre en couvrant les activités de la Traversée internationale du lac Memphrémagog, de regrettée mémoire. J'ai suivi la dernière Traversée du Lac St-Jean sur webdiffusion. Je le confirme: le port de la combinaison thermique, une imposition de la FINA, fait maintenant de cette discipline une épreuve qui s'apparente maintenant davantage à une course de vitesse que d'endurance. Désolé, mais moi ça m'allume beaucoup moins. Auparavant, c'était l'être humain seul contre la mer, les lacs et rivières. Maintenant, cet équipement communément appelé aussi wetsuit permet aux nageurs de mieux flotter et de nager plus rapidement. Je vais applaudir seulement si ce nouveau règlement permet à la nage longue distance en eau libre de gagner en popularité. Je suis loin d'être convaincu.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer