• La Tribune > 
  • Sports 
  • > UdeS: des pistes d'athlétisme dangereuses et inutilisables 
Exclusif

UdeS: des pistes d'athlétisme dangereuses et inutilisables

Luc Lafrance dénonce le mauvais état des deux... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Luc Lafrance dénonce le mauvais état des deux pistes d'athlétisme de l'Université de Sherbrooke : « Elle s'effrite sous nos pieds. On l'entend casser à chaque pas. »

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Une surface qui se désagrège à vue d'oeil, des corridors inutilisables, des installations dangereuses : les pistes d'athlétisme de l'Université de Sherbrooke sont aujourd'hui désuètes. Et le directeur du développement d'Athlétisme Sherbrooke attend impatiemment le réveil de la Ville et de l'UdeS.

Autant à l'intérieur qu'à l'extérieur, les pistes d'athlétisme doivent être remplacées et ce n'est pas en 2017 que Luc Lafrance et les athlètes sherbrookois profiteront des nouvelles installations.

« Il y a un réaménagement à faire, estime-t-il. À l'intérieur, il est très difficile d'utiliser la piste et c'est même dangereux à cause de la configuration. On parle d'un plateau multisport et la piste est dangereuse pour nos athlètes. J'ai déjà vu des gens mettre fin à leur carrière après avoir couru sur un ballon... »

Selon Ingrid Dubuc, chef de la Division des sports à la Ville, il a déjà été constaté que les pistes « sont en fin de vie ».

« Pour ce qui est de la piste intérieure, l'Université de Sherbrooke est l'unique gestionnaire. Quant à la piste extérieure, il s'agit d'une cogestion entre l'UdeS et la Ville et les demandes financières pour le changement de la piste seront adressées par cette cogestion. Les demandes seront dans le processus budgétaire de 2018. Après les élections, on verra si les élus jugent si ce sera une priorité ou non, mais une décision devrait être rendue l'an prochain. »

Rappelons que la piste extérieure a été construite en 2003 lors des Mondiaux jeunesse.

« Le corridor numéro 1 n'est plus utilisable. La surface est très sèche. Elle s'effrite sous nos pieds. On l'entend casser à chaque pas. Je sais que c'est un dossier politique pointu. Mais si Sherbrooke veut retrouver ses lettres de noblesse en redevant la ville de l'athlétisme au Québec, on doit agir, et ce, rapidement! » lance Luc Lafrance.

L'UdeS vise 2018

Questionné à ce sujet, le directeur général du Centre sportif de l'Université de Sherbrooke se dit conscient de la problématique.

« Idéalement, les deux pistes seraient incluses dans le même projet et l'Université est sensibilisée et souhaite travailler de concert avec le gouvernement et la Ville de Sherbrooke afin de réaliser les travaux rapidement, souligne Jean-Pierre Boucher. Nous visons l'année 2018 et nous avons déjà rédigé des documents afin d'étoffer le dossier. Nous devons aussi surveiller les enveloppes budgétaires réservées aux infrastructures sportives. Tout le monde est au même diapason. »

En 1999, l'UdeS avait réalisé des travaux afin de retirer les pentes dans les courbes de la piste intérieure et y ajouter deux corridors. Depuis ce temps, rien n'a changé.

« Nous la voyons chaque jour et nous souhaitons que tout se fasse le plus rapidement possible », explique M. Boucher.

Une croix sur les grandes compétitions

Sans le renouvellement des pistes, Sherbrooke peut oublier tout de suite l'organisation de grands événements dans ses stades.

« On organise des compétitions provinciales, mais il serait gênant d'accueillir des rendez-vous nationaux, avance le directeur du développement d'Athlétisme Sherbrooke. Nous comptons sur les deux pistes les plus utilisées en province grâce aux six corridors. Si nous espérons avoir encore plus de monde sur nos pistes, des travaux sont nécessaires. Il y aurait plusieurs retombées grâce à l'organisation de championnats canadiens. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer