• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Festival des rythmes d'Afrique: le Mali et les femmes à l'honneur 

Festival des rythmes d'Afrique: le Mali et les femmes à l'honneur

Takhiou Guéyé, directeur artistique du Festival des rythmes... (Spectre Média, Stéphanie Vallières)

Agrandir

Takhiou Guéyé, directeur artistique du Festival des rythmes d'Afrique, et Mariame Cissé, présidente d'honneur.

Spectre Média, Stéphanie Vallières

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Une dizaine de spectacles seront présentés dans le cadre du 14e Festival des rythmes d'Afrique de Sherbrooke, alors que le Mali et les femmes seront à l'honneur.

Le président et directeur artistique, Takhiou Guéyé, a en effet invité plusieurs musiciens d'origine malienne. Le pays d'Afrique de l'Ouest sera aussi représenté par des styles de musique traditionnelle ainsi que par le spectacle Live Mali au Théâtre Granada, le 4 août.

« Le spectacle au Théâtre Granada va mettre en valeur toute la culture malienne grâce à une grande artiste du Mali. Djely Tapa vit à Montréal, elle est d'une descendance très reconnue en Afrique », dit Mariame Cissé, présidente d'honneur de l'événement, à propos de cette chanteuse issue d'une famille de griots, fille de Kandia Kouyaté, qui est une des plus grandes voix du Mali, et de Djely Bouya, danseur et également chanteur.

« Elle a un répertoire très varié et elle sera accompagnée par plusieurs musiciens qui vont jouer des instruments traditionnels tels que le tam-tam et le djembé. Elle a déjà participé aux Nuits d'Afrique de Montréal, donc nous sommes très fiers de l'avoir. »

La programmation est très variée pour ce qui est de l'origine des artistes et des genres de musique qui seront joués. Ceux et celles qui monteront sur scène du 28 juillet au 5 août proviennent de différentes régions, dont le Gabon et la Côte d'Ivoire, en passant par la France, le Chili et le Mexique. Plusieurs groupes et artistes de Sherbrooke seront aussi de l'événement.

« C'est ça, la beauté du festival. La musique n'a pas de frontières. Les groupes viennent de partout et ont tous en commun l'amour de la musique », ajoute Mme Cissé, elle-même originaire du Mali.

« Je suis d'autant plus fière d'accueillir plusieurs artistes féminines cette année et de pouvoir profiter de leur présence et de leur voix unique », ajoute-t-elle.

Une place aux artistes locaux

Parmi les artistes de Sherbrooke, on pourra voir les Bad Mothers, qui joueront du blues, le Gypsy Soul Band, Ramon Virgil Latin Project et Sibo Leblanc. Ce dernier reprendra entre autres la chanson de Boule Noire Aimer d'amour, ainsi que d'autres chansons de type funk et rhythm and blues.

« C'est important pour nous d'avoir des artistes locaux, qui n'ont pas souvent de tribunes pour se faire valoir. Le Festival des rythmes d'Afrique tient beaucoup à faire connaître leur talent », confie Mariame Cissé.

« Nous souhaitons que les Sherbrookois s'approprient davantage l'événement, qui est réellement rassembleur et met l'accent sur la diversité. C'est une activité de rapprochement ouverte à tout le monde », ajoute-t-elle.

Les coups de coeur de la présidente d'honneur sont Grooz, un groupe d'Algérie, Sidi Wacho, une formation franco-chilienne de hip-hop, Queen Komb du Gabon, les soeurs du groupe Ayana Bolingo (Côte d'Ivoire) et, évidemment, le spectacle de Djely Tapa.

Valoriser la culture africaine

Mariame Cissé tient tout de même à préciser que chaque groupe apporte sa propre couleur : « C'est ce qui fait la richesse du festival. »

Mariame Cissé a accepté avec fierté le rôle de présidente d'honneur. « La valorisation de la culture africaine est très importante pour moi. Comme les artistes féminines seront mises de l'avant, ça me touche beaucoup, puisque je milite aussi pour l'égalité hommes-femmes », confie celle qui est responsable du comité femmes et coordonnatrice de projet à la Fédération des communautés culturelles de l'Estrie.

« Comme la présidente d'honneur vient du Mali et que la condition des femmes lui tient à coeur, j'ai trouvé que c'était une bonne idée d'orienter la programmation autour de ces idées », ajoute quant à lui Takhiou Guéyé.

La quasi-totalité des activités du Festival des rythmes d'Afrique de Sherbrooke est gratuite et a lieu à la Place de la cité et dans quelques bars de Sherbrooke. Le seul spectacle payant est celui de Djely Tapa.

L'édition 2017 est placée sous le signe du diatiguiya, un mot qui veut dire cordialité et hospitalité au Mali.

Vous voulez y aller?

Festival des rythmes d'Afrique

Du 28 juillet au 5 août

Place de la Cité et autres lieux

Entrée gratuite

www.rythmesdafrique.ca

Djely Tapa

Invité : Ramon Virgil Latin Project

Vendredi 4 août, 20 h 30

Théâtre Granada

Entrée : 23,50 $




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer