• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Matthews gagne la 16e étape, Froome garde la maillot jaune 

Matthews gagne la 16e étape, Froome garde la maillot jaune

De forts vents latéraux ont compliqué la tâche... (The Associated Press)

Agrandir

De forts vents latéraux ont compliqué la tâche des coureurs lors des 30 derniers kilomètres de l'étape longue de 165 kilomètres entre Le Puy-en-Velay à Romans-en-Isère, qui a contribué à étirer le peloton et même à le scinder en plusieurs groupes.

The Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
The Associated Press
Associated Press

Michael Matthews s'est imposé au sprint lors de la 16e étape du Tour de France et le Britannique Chris Froome a conservé son maillot jaune de leader avant deux difficiles journées dans les Alpes.

De forts vents latéraux ont compliqué la tâche des coureurs lors des 30 derniers kilomètres de l'étape longue de 165 kilomètres entre Le Puy-en-Velay à Romans-en-Isère, qui a contribué à étirer le peloton et même à le scinder en plusieurs groupes.

Froome et ses principaux rivaux - Fabio Aru, Romain Bardet et Rigoberto Uran - sont parvenus à rester devant et ils ont franchi le fil d'arrivée ensemble.

Froome, champion en titre, détient une priorité de 18 secondes devant Aru et de 23 secondes devant Bardet.

Matthews a obtenu sa deuxième victoire d'étape du Tour cette année, trois jours après celle à Rodez, réduisant ainsi l'écart avec le détenteur du maillot vert Marcel Kittel au classement du meilleur sprinter.

Matthews a fait le maximum sur une section légèrement en pente à 500 mètres de la ligne et a accéléré après que Greg Van Avermaet eut lancé le sprint. Matthews a ensuite résisté à la remontée tardive de Edvald Boasson Hagen pour s'imposer par une longueur de roue. John Degenkolb a complété le podium.

«Ce n'était pas vraiment notre plan au briefing de ce matin, mais lorsque nous avons vu que Kittel était lâché dans l'ascension, nous avons voulu tirer avantage de la situation. Avec les garçons costauds que nous avons dans l'équipe (Sunweb), nous avons pu assumer le fait de rouler à fond tout au long de l'étape. C'était faisable parce que l'étape était assez courte», a révélé Matthews.

Le grand perdant de la journée est l'Irlandais Dan Martin, lui qui a perdu 51 secondes pour se retrouver à la septième place, à 2:03 minutes du meneur.

Sur un parcours difficile avec des montées et des descentes à travers les forêts luxuriantes du Massif central, on a eu droit à plusieurs attaques lors de la première heure de course. Avec des rafales de vent jusqu'à 65 kilomètres, le peloton s'est séparé, et Kittel a été largué dans un groupe qui luttait à l'arrière.

Kittel ne pouvait pas compter sur son coéquipier Philippe Gilbert pour le ramener car l'ancien champion du monde n'a pas pris le départ au Puy-en-Velay en raison d'une gastroentérite. Douzième au classement, le coureur de Lotto NL Jumbo, George Bennett, a connu une mauvaise journée et il a abandonné à environ 100 kilomètres de l'arrivée.

Cherchant à accroître la pression sur Kittel, l'équipe Sunweb de Matthews a haussé le rythme à l'avant, unissant ses forces avec d'autres équipes de sprinters pour augmenter l'écart à plus de trois minutes avec 75 kilomètres à faire.

Victime comme Kittel de la cassure du peloton, le Français Nacer Bouhanni n'a pas abandonné la poursuite et a réussi à combler l'écart après un impressionnant effort avec ses coéquipiers de Cofidis avant que Matthews ne gagne le sprint intermédiaire.

Sur des portions longues et plates du parcours exposées au vent, l'équipe Sky de Froome s'est portée en tête, s'assurant que leur leader resterait à l'affût de la moindre attaque.

Le tempo élevé imposé par Sky a étiré le peloton alors que Jarlinson Pantano a chuté sur le côté de la route et Alberto Contador a été largué.

«Pour nous, il s'agissait surtout d'être du bon côté du jeu, a expliqué Froome. Quelqu'un allait attaquer dans ces sections exposées à 20 km de l'arrivée. Nous voulions surtout être au bon endroit au bon moment.»

La bagarre pour le maillot jaune reprendra mercredi lors de la première des deux étapes alpines en haute altitude. Il conduira les coureurs à la station de ski de Serre Chevalier au fil d'un parcours de 183 kilomètres avec quatre ascensions, y compris celle de près de 12 kilomètres vers le Col du Galibier, l'une des plus redoutables et célèbres pentes du Tour.

«Demain (mercredi), ce sera à nous de contrôler, a poursuivi Froome. Mais les gars se sentent bien, nous avons bien profité de la journée de repos qui est tombée au bon moment. Alors nous sommes impatients de nous lancer dans ces deux étapes des Alpes.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer