• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Coupe Canada M18 : le Québec domine, encore et toujours 

Coupe Canada M18 : le Québec domine, encore et toujours

Gabriel Royer (Volontaires du Cégep de Sherbrooke) et... (Photo fournie)

Agrandir

Gabriel Royer (Volontaires du Cégep de Sherbrooke) et Lukas Boulanger (Cougars du Collège Champlain), champions de la Coupe Canada.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) L'équipe du Québec a prouvé une fois de plus sa suprématie au football M18 canadien la semaine dernière en remportant, pour la troisième année de suite, la finale de la Coupe Canada, cette fois disputée à Wolfville, en Nouvelle-Écosse.

Rémi Giguère était entraîneur de la ligne offensive... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Rémi Giguère était entraîneur de la ligne offensive d'Équipe Québec à la Coupe Canada. Il est accompagné d'Anthony Horth.

Photo fournie

Une victoire serrée de 10-7 acquise dans les dernières minutes de la rencontre grâce à une poussée victorieuse menée par le quart-arrière Lukas Boulanger (Cougars du Collège Champlain).

Une victoire qui concrétise un engagement de plusieurs semaines pour ces joueurs et ces entraîneurs qui n'ont pas compté les heures en préparation.

Ce fut le cas pour le nouvel entraîneur de la ligne à l'attaque du Vert & Or de l'Université de Sherbrooke Rémi Giguère, qui participait à la Coupe Canada pour une première fois à titre d'entraîneur.

« J'ai joué pour Équipe Québec en 2009. On s'était inclinés contre la Saskatchewan par disqualification à cause d'un joueur inadmissible. C'était vraiment décevant. Cette médaille d'or acquise vendredi dernier efface ce souvenir », a dit le jeune retraité des Carabins de l'Université de Montréal.

« J'ai adoré l'expérience. La victoire vient satisfaire de gros efforts de la part de toute l'équipe. C'est un tournoi très exigeant, avec trois matchs en sept jours. »

« C'est aussi une très belle façon de devenir meilleur en tant qu'entraîneur, d'améliorer l'approche avec ces jeunes qui sont issus bien souvent du secondaire. Il faut adapter plein de choses. »

Rémi Giguère fait parler de lui, depuis son arrivée avec le Vert & Or de l'Université de Sherbrooke à titre d'entraîneur, l'automne dernier.

À peine avait-il terminé son parcours universitaire comme joueur qu'il y avait beaucoup d'intérêt pour ses services.

Et déjà, sa présence au sein du personnel d'entraîneurs du Vert & Or se fait sentir. Sherbrooke s'est entendu avec cinq joueurs de ligne offensive pour l'automne 2018 au mois de juin seulement. Du jamais vu à Sherbrooke.

« Les Carabins étaient très au fait de mon désir de devenir entraîneur de carrière. Danny Maciocia m'a conseillé de faire mes classes au niveau collégial, d'abord. C'est par l'entremise du préparateur physique du Vert & Or Xavier Roy, que j'ai rencontré Mathieu Lecompte. On s'est jasé et ça a cliqué tout de suite », s'est rappelé Giguère.

« C'est comme si j'étais encore un joueur, pour la plupart des gars. Et c'est un avantage. C'est l'approche avec les jeunes qui fait la différence. Les jeunes savent de quoi je parle », a dit celui qui a remporté la Coupe Vanier avec Montréal, en 2014.

Giguère amène à Sherbrooke dans ses bagages une mentalité de gagnant.

« Le recrutement, c'est mon défi personnel à Sherbrooke. Je veux bâtir la meilleure ligne offensive au Canada, je ne veux pas perdre de temps. Et le recrutement des derniers mois le prouve. Je veux que le Vert & Or passe à un autre niveau. »

« Et en ce sens, participer aux activités d'Équipe Québec est une belle opportunité de développer de belles relations avec les jeunes. Le meilleur recrutement, ça sera toujours de respecter les jeunes. »

Boulanger fait écarquiller les yeux

Cette troisième victoire consécutive du Québec a aussi permis au Sherbrookois Lukas Boulanger de démontrer son savoir-faire au niveau national.

Voilà déjà quelques saisons que le jeune quart-arrière attire l'attention des recruteurs grâce la polyvalence de son jeu et à ses qualités athlétiques. Notamment l'an dernier à sa dernière année au secondaire catégorie juvénile, avec les Harfangs du Triolet.

Vendredi soir, en Nouvelle-Écosse, il a orchestré la poussée victorieuse en toute fin de match qui a produit le seul touché du match pour Équipe Québec. Il avait fait de même lors du match contre l'Alberta.

Humble, comme à son habitude, il a plutôt cherché à modérer les louanges lorsque contacté par La Tribune.

« J'étais soulagé (à la suite de la poussée victorieuse, NDLR). Tous les efforts qu'on a mis lors du camp ont été récompensés à ce moment précis. J'étais tellement fier d'avoir participé à la notoriété de l'équipe du Québec au sein de la communauté de football du Canada. »

Rémi Giguère, dont le job premier était de diriger les joueurs de ligne à l'attaque qui devaient protéger Boulanger, avait quant à lui l'éloge plus facile.

« C'est non seulement un excellent joueur, mais un individu exceptionnel. Il a rapidement développé une belle complicité avec les gars. Il est déjà un athlète extraordinaire et il peut devenir encore un meilleur quart-arrière. Il court, il passe, il crée des jeux grâce à sa mobilité. Il a vraiment un bel avenir devant lui. »

Car ne l'oublions pas, la Coupe Canada est bien souvent un tremplin de premier plan pour les joueurs et les entraîneurs.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer