Nouveau départ pour David Perron à Las Vegas

David Perron faisait partie des personnalités participant au match... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

David Perron faisait partie des personnalités participant au match des Champions Caffucino organisé lors de la Classique Pif de balle molle.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) David Perron l'avoue. Il s'attendait à rester à Saint-Louis la saison prochaine. Les circonstances, le repêchage d'expansion, ont cependant changé la donne. Perron faisait partie des personnalités participant au match des Champions Caffucino organisé lors de la Classique Pif de balle molle, présentée au parc Quintal, et animé de main de maître par le légendaire Jean Arel.

L'entraîneur des gardiens du Canadien Stéphane Waite a... (Spectre Média, Julien Chamberland) - image 1.0

Agrandir

L'entraîneur des gardiens du Canadien Stéphane Waite a pris part au match des Champions Caffucino organisé lors de la Classique Pif.

Spectre Média, Julien Chamberland

David Perron... (Spectre Média, Julien Chamberland) - image 1.1

Agrandir

David Perron

Spectre Média, Julien Chamberland

Des athlètes amateurs comme Maïté Bouchard, Léo Grandbois, Jules Burnotte ou Marie-Ève Jacques, des joueurs du Phoenix comme Nicolas Poulin ou le DG Jocelyn Thibault, et même des pros comme l'entraîneur des gardiens du Canadien Stéphane Waite ou des personnalités du monde des médias sherbrookois, ont participé au match.

Un match remporté par les représentants du Phoenix, dont le MVP fut à coup sûr le représentant de La Tribune Jérôme Gaudreau.

Perron est, lui aussi, un habitué de cette rencontre annuelle. L'an dernier, à pareille date, c'était plutôt l'échange P.K. Subban contre Shea Weber qui retenait l'attention. Perron, lui, attendait de voir où il aboutirait à titre de joueur autonome. Et le Canadien de Montréal était dans le portrait.

C'est finalement à Saint-Louis que Perron a atterri, un deuxième séjour pour lui là-bas, avec en poche un contrat de deux ans.

Et cette deuxième année de contrat, le Sherbrookois l'écoulera à Las Vegas, avec les Golden Knights.

Maintenant que le choc est passé, Perron entrevoit l'avenir avec enthousiaste. Il y voit une chance unique de se faire valoir.

Avec James Neal, Perron sera l'un des principaux contributeurs à l'attaque pour la jeune concession.

«J'essaie de me concentrer sur le côté hockey. Je suis déçu d'avoir quitté Saint-Louis, car j'adorais ça. La dernière semaine a bien été. Je l'ai su la veille du repêchage d'expansion que je ne serais pas protégé. J'ai tout de suite texté Marc-André (Fleury, gardien des Penguins) pour lui annoncer la nouvelle. On est proches, lui et moi, ça m'a rassuré. Je me suis couché un peu stressé, mais heureux le lendemain et prêt à relever le défi.»

David Perron a surtout hâte de poser pied à terre pour de bon avec une équipe. Et c'est probablement à Vegas qu'il pourra le faire.

Après avoir été repêché par St-Louis en 2007, il a été échangé à Edmonton, avant de passer à Pittsburgh, ensuite à Anaheim, avant de revenir à Saint-Louis et d'aboutir à Vegas.

«On devrait avoir une équipe pas pire pour les débuts, avec les Jonathan Marchessault, Cody Eakin, James Neal, MA Fleury, Shea Theodore. Et on dit beaucoup de bien du jeune Vadim Shypachyov. On n'a peut-être pas la grosse star comme certaines équipes, mais avec un Fleury dans les buts, tout est possible.»

«J'espère avoir un grand rôle au sein de l'attaque, d'avoir beaucoup de glace et de pouvoir aider l'équipe à développer une chimie et une identité rapidement, avec du caractère. C'est ce que j'amène, un effort tous les soirs, et une production offensive en bout de ligne.»

Vegas, outre ses casinos et son Strip, pourrait être une très belle vitrine pour Perron, qui vient d'avoir 29 ans.

«On n'a pas beaucoup de pression pour faire les séries, donc on a une chance en or pour se faire une intéressante saison et maintenir le suspense le plus longtemps possible. Et l'autre point positif que je vois, c'est la présence de l'entraîneur chef Gerard Gallant. Je n'ai qu'entendu du positif sur lui. C'est très intéressant.»

Pour le reste des choses, le déménagement, la famille, Perron attend que le 1er juillet et la frénésie des joueurs autonome soit passée.

Il a déjà eu certains contacts avec l'organisation et il a eu la certitude qu'il ne sera pas échangé, à l'instar de Marc Methot, par exemple. Ce dernier a été repêché des Sénateurs d'Ottawa, avant d'être échangé à Dallas.

«C'est cool cette expérience, car ce sera tellement différent de ce que j'ai vécu dans le passé. Les Knights sont la première équipe professionnelle à s'établir à Vegas, tout est à faire là-bas. J'ai hâte de connaître cette ville-là comme un résident et pas juste comme un visiteur.»




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer