Dialogue, déménagement et stabilité

Attendu depuis des années par de nombreux utilisateurs... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Attendu depuis des années par de nombreux utilisateurs de l'aréna, le projet de seconde patinoire à Magog devrait être terminé en 2019.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) COMMENTAIRE / Il en aura fallu du temps pour accoucher du projet de l'aréna de Magog à deux glaces qui aboutira finalement à l'école secondaire la Ruche. Ce n'est pas un reproche, mais dans le milieu, l'attente était interminable. En même temps, disons-le, c'est un projet très bien ficelé qui est sur la table et il faut féliciter les édiles municipaux pour leur grande sagesse et leur sens des responsabilités. Croisons-nous les doigts maintenant afin qu'il n'y ait plus de retard.

Entretemps mon intérêt se tourne déjà vers la cohabitation, si cohabitation il y a, entre Hockey Magog et les Carnicas de la Ruche qui seront sous le même toit. Car on va dire la vérité, il est aberrant de constater qu'il n'y a aucun dialogue entre les Carnicas et Hockey Magog. Ce n'est pas ce qui avait été annoncé il y a quatre ans lorsque la Ruche avait joint les rangs du RSEQ avec son équipe juvénile D1. Je me souviens très bien que l'Association du hockey mineur de Magog (maintenant Hockey Magog) avait fait preuve d'ouverture et de bonne volonté en déposant une lettre d'appui à la venue d'une équipe à la Ruche dans le RSEQ même si cela venait jouer dans leurs plates-bandes. La collaboration aura duré le temps d'une lettre. Ne me demandez pas de vous identifier le coupable. Là n'est pas mon intention.

Encore plus loufoque de constater que ce projet de nouveau complexe sportif à la Ruche a été divulgué à peine une quinzaine de jours après que Hockey Magog se soit entendu pour l'implantation d'un programme sport-études, option hockey avec... le Collège Servite à Ayer's Cliff. Oups! Je le répète : le dialogue est inexistant entre Hockey Magog et les Carnicas de la Ruche.

Vrai que le hockey mineur civil et le hockey scolaire se regardent comme chien et chat à peu près partout au Québec. Cette situation n'est pas unique à Magog. Je ne me ferai pas d'amis dans le réseau scolaire, mais les écoles n'aiment généralement pas se faire dicter comment organiser le hockey dans leur cour. Et le hockey civil voit davantage le hockey scolaire comme un ennemi.

Y a-t-il vraiment quelqu'un sur cette planète qui croit que le hockey scolaire pourrait bouffer et prendre sous son emprise toute la clientèle du hockey civil? Cela ne se produira JAMAIS.

Et le hockey civil ne mourra pas de sa belle mort. Cessez de faire la gueule et de vous entredéchirer pour les heures de glace ou sur tout autre dossier. Ce serait tellement plus facile de marcher main dans la main pour faire de vos jeunes des meilleurs hockeyeurs, des meilleurs étudiants, des meilleurs individus tout court. Et n'attendez pas la première pelletée de terre pour bouger.

Si vous avez des doutes, allez faire un tour dans la grande ville voisine et la plus grosse école secondaire de la CSRS pour vérifier si c'est possible d'organiser du hockey civil et scolaire en commun. Vous m'en reparlerez.

Stabilité

Parlons de stabilité. Les Cantonniers de Magog n'ont jamais bronché de l'aréna de Magog depuis leur arrivée en 1979 dans la Ligue midget AAA du Québec. Ils quitteront le temps venu au nouvel aréna qui sera érigé à côté de la Ruche. Mais si vous croyez que la formation magogoise abandonnera son nom pour adopter celui des Carnicas que portent les équipes de la Ruche, ne gagez pas là-dessus. En discutant avec le président Renaud Légaré des Cantonniers, celui-ci a été catégorique : « le nom des Cantonniers est là pour rester », m'a-t-il confié.

Déménagement

Ça ne va vraiment pas bien à Sherbrooke avec le club de baseball senior. L'équipe patauge dans les bas-fonds du classement, les joueurs s'absentent sans raison et les assistances fondent à vue d'oeil. Bon, si ça vous tente, il y a un beau grand terrain de baseball à Magog prêt à accueillir la franchise. Ça ne solutionnerait pas tous les problèmes, mais peut-être serait-ce le début d'un temps nouveau.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer