Le Mistral en période de transition

Le directeur technique du Mistral de Sherbrooke Vincent... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Le directeur technique du Mistral de Sherbrooke Vincent Orsida estime que la transition, depuis la fusion des trois clubs, se passe très bien malgré quelques mécontents.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Sherbrooke : une ville, un club. Si le concept se veut louable, tout n'est pas rose chez le Mistral. En réunissant trois clubs au sein d'une même entité, l'organisation constate que le changement majeur a ses bons côtés, mais aussi ses mauvais.

Des joueurs qui n'évoluent pas dans le niveau adéquat. Un manque d'entraîneurs compétents. Mais surtout, un changement de culture. Quelques parents de joueurs déplorent des situations bien précises. Mais selon le directeur technique Vincent Orsida, la plupart de ces parents « critiquent pour critiquer » et la réalité est différente.

« En général, ça se passe bien. Beaucoup de gens nous soutiennent. D'autres sont mécontents du changement. C'est normal. On amène des changements pour faire évoluer le sport. On ne veut pas de révolution. Or, en réunissant 4000 joueurs sous le nom du Mistral de Sherbrooke et en comptant 300 équipes et autant ou sinon plus de bénévoles, tout cela nécessite une période d'adaptation. »

Selon Vincent Orsida, la majorité des équipes semblent homogènes et il peut y avoir des exceptions.

« Tout cela ira en s'améliorant. Ça ne fait que quelques mois que la transition a été effectuée. Il faut me donner la chance de faire mon travail. Je n'irai jamais dire à un électricien comment faire son boulot et j'aimerais que l'on me donne l'occasion de prouver ce que je sais faire. J'ai un contrat de trois ans et si à la fin de notre entente, on constate qu'il n'y a pas eu de changements positifs, je partirai. Mais d'ici là, j'aimerais apporter les modifications que je souhaite et j'estime qu'elles seront bénéfiques. »

Une vision à respecter

Le Français d'origine comprend les parents qui souhaitent voir leur enfant évoluer dans un calibre plus élevé. Ou les parents qui aimeraient voir leur enfant participer à des tournois ou des matchs compétitifs avant l'âge de huit ans.

« On est sur les terrains, on se promène dans les parcs et on évalue encore les joueurs et les équipes. Notre direction technique a vu le jour en octobre et on n'avait pas beaucoup de temps pour effectuer nos évaluations. On espère aussi avoir plus de moyens financiers et humains pour atteindre notre but. De notre côté, on doit être plus rigides et faire respecter notre vision et nos règles. Un jour, on se rendra compte que nos décisions ont été prises pour le bien des enfants. Ce serait suicidaire de laisser les parents faire ce qu'ils veulent sans respecter le cadre mis en place. On souhaite couper un peu le cordon entre les parents et les jeunes joueurs. »

Père d'un joueur de huit ans, Mathieu Couture fait partie du groupe de parents mécontents.

« Le Mistral a décidé de ne pas faire d'équipes chez les huit ans et moins. Ils participent plutôt à des ateliers avec différents entraîneurs. Il devient difficile pour le joueur de développer un sentiment d'appartenance ou d'établir un lien de confiance. Oui, ce n'est pas facile de fusionner trois clubs et une période d'adaptation s'impose, mais il faut parfois faire preuve de jugement », souligne-t-il tout en dénonçant le fait que le Mistral voulait empêcher les enfants de prendre part à un tournoi amical à Magog récemment.

« On veut éviter que les jeunes évoluent dans un contexte compétitif avant l'âge de neuf ans, mais je suis content de voir le Mistral nous permettre finalement de participer quand même à un tournoi comme celui du Festi Tour de Magog », affirme M. Couture.

« Ce n'est pas aux parents à dicter la politique du club. On demeure toutefois à l'écoute. On a toutefois une vision et on la respectera, que ça plaise ou non à tous les parents », résume Vincent Orsida.




À lire aussi

  • Le Mistral embauche un directeur général

    Sports

    Le Mistral embauche un directeur général

    Afin de venir en aide à l'équipe administrative et technique du Mistral de Sherbrooke, un nouveau directeur général entrera en poste dès la semaine... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer