• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Planche à neige : pas d'argent pour le champion canadien 

Planche à neige : pas d'argent pour le champion canadien

Le Sherbrookois Sébastien Beaulieu ne recevra pas l'argent... (Photo fournie)

Agrandir

Le Sherbrookois Sébastien Beaulieu ne recevra pas l'argent attendu de Sport Canada, ce qui ne l'empêche pas de viser encore une présence aux Jeux olympiques de 2018.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Il est peut-être le champion canadien en surf des neiges alpin, mais cet exploit n'a pas suffi pour que Sébastien Beaulieu puisse retrouver l'aide financière de Sport Canada qui lui avait été retirée il y a deux ans. Cette mauvaise nouvelle arrive à un bien mauvais moment, à quelques mois des Jeux de Pyeongchang 2018.

L'athlète de 26 ans a dénoncé la situation mercredi en accusant la Fédération de planche à neige du Canada d'offrir beaucoup d'argent aux planchistes pratiquant la discipline du slopestyle.

« J'étais admissible à recevoir mes cartes et le support financier de Sport Canada pour la première fois de ma carrière, mais quand est venu mon tour d'empocher près de 30 000 $ d'aide financière, il ne restait plus d'argent dans la cagnotte. Pourtant, je répondais à tous les critères. Je me pose des questions parce que le gouvernement canadien a rendu disponibles cinq millions de dollars supplémentaires, mais l'enveloppe a été réduite pour ma discipline », souligne le planchiste sherbrookois.

Beaulieu se dit déçu de voir que 60 % des aides financières sont remises aux athlètes en slopestyle et que pourtant, quatre disciplines sont présentes en planche à neige.

« Ce sont même eux qui gagnent le plus d'argent entre autres grâce aux XGames et les commandites. Et ceux qui gagnent plus de 50 000 $ dans ma discipline devraient en principe refuser l'aide d'environ 30 000 $ de Sport Canada, mais ils ne le font pas, à l'exception d'un athlète. »

Pour prendre part aux Jeux olympiques, il doit se trouver dans le top 32 mondial. Les chances sont donc bonnes de le voir au petit écran au mois de février.

« Je dois me débrouiller avec mes commandites et les dons reçus. J'obtiens aussi de petites bourses, mais j'aurais évidemment espéré miser sur l'aide financière de 30 000 $ », admet celui qui a souvent dû essuyer un déficit à la fin de ses saisons.

Beaulieu vise une première participation aux Jeux olympiques et refuse donc de couper dans ses heures d'entraînement puisqu'il s'approche à grands pas de son rêve.

« Ce ne serait pas logique. La situation est aberrante! » soutient-il.

Sa prochaine compétition : une Coupe du monde au milieu du mois de décembre. D'ici là, il espère un revirement de situation.

« Je ne suis pas très optimiste », résume-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer