Le début d'un temps nouveau

En sélectionnant Samuel Poulin au deuxième rang du... (Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

En sélectionnant Samuel Poulin au deuxième rang du récent repêchage de la LHJMQ, le Phoenix de Sherbrooke a mis la main sur le meilleur joueur de l'histoire de l'équipe.

Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Est-ce que l'arrivée de Samuel Poulin changera toute la dynamique chez le Phoenix de Sherbrooke? Tout indique que oui. Jamais le Phoenix n'a sélectionné un aussi bon joueur. Et pourtant, il a déjà repêché des espoirs comme Daniel Audette (1er choix 2012), qui a finalement été un choix de 5e ronde dans la LNH, ou même Jérémy Roy (4e choix de 2013) choisi en 2e ronde dans la LNH et Evan Fitzpatrick (4e choix de 2014), une sélection de 2e tour dans la grande ligue.

Poulin pourrait bien coiffer tous ces hockeyeurs en montant sur la scène du repêchage de la LNH au premier tour dans deux ans.

Le Phoenix voit la lumière au bout du tunnel et a de fortes chances de sortir de cette période de grande noirceur.

Pas seulement parce que Poulin possède des habiletés extraordinaires. Mais surtout parce que contrairement à certains, il agit comme un professionnel à l'âge de seulement 16 ans. Et ça fait déjà longtemps que ce jeune ailier n'a qu'un seul but en tête : percer dans le monde du hockey et gagner des millions de dollars grâce à sa passion.

Il s'entraîne comme un pro, s'alimente comme un pro et agit comme un pro. Ce qui devrait lui permettre de faire son entrée dans la cour des grands.

L'organisation avait besoin d'un gentleman comme lui. Le prochain capitaine du Phoenix une fois la carrière junior du capitaine actuel Hugo Roy terminée? Absolument.

Il refuse de s'appliquer une pression supplémentaire et se tient loin de ce qui est véhiculé dans les médias. Pas de danger qu'il soit tenté de lire ce papier, d'ailleurs. Heureusement, car il comprendrait assez rapidement que le Phoenix a besoin de lui pour continuer à vendre des billets et attirer l'attention des amateurs même si un seul joueur ne fait pas une équipe.

Poulin a connu du succès partout où il est passé. Il est bien entouré, provient d'une bonne famille et compte sur son père pour l'encadrer, Patrick Poulin, un ancien membre du Canadien de Montréal.

J'ai entendu souvent de la bouche des dirigeants du Phoenix cette phrase : « Il s'agit d'un grand jour pour notre organisation ». À ce moment-là, le plus beau jour était encore devant eux : le 3 juin 2017.

Le cas MacDonald

Non, Anderson MacDonald n'a pas été échangé. Evan Fitzpatrick non plus. Et ce n'est pas parce que le Phoenix n'a pas essayé dans le cas de MacDonald. Mais le prix demandé était élevé. Était-il juste? Aucune idée.

Mais le fait que MacDonald demeure à Sherbrooke avec son gardien représente une excellente nouvelle. Le jeune n'avait que 16 ans la saison dernière. Des erreurs, il peut en commettre à cet âge. Question d'apprendre pour le futur.

Est-ce que les dirigeants du Phoenix ont bien agi dans toute cette histoire de demi-livre en trop et de comportement qui laissait à désirer? Tout le monde a ses torts.

Mais le marqueur de près de 30 buts a vieilli. Il a maturé et continuera à prendre de l'expérience. En le conservant, le Phoenix a la chance de prouver une chose : qu'il est capable de développer à l'interne un joueur au grand potentiel. Comme il aura la chance de le faire avec Samuel Poulin.

Bailey Peach fait partie de la solution

Avec un nom de même, on pourrait croire que Bailey Peach n'est pas un joueur de hockey, mais une boisson alcoolisée. Peu importe, retenez ce nom.

Le deuxième choix du Phoenix en première ronde a tout pour exceller dans la LHJMQ. Il a une stature acceptable et patine à la vitesse de l'éclair.

Il a été l'un des meilleurs joueurs au Challenge Gatorade : meilleur marqueur avec sept buts. En saison avec le Wolfpack de Cole Harbour, il a amassé 47 points en 36 parties.

Le camp d'entraînement des recrues présenté en août à l'Université Bishop's sera intéressant à suivre. On aura alors un bel aperçu de l'avenir du Phoenix, qui s'annonce rose... enfin!




À lire aussi

  • Frédérick Gaudreau n'est pas le premier

    Sports

    Frédérick Gaudreau n'est pas le premier

    Lorsque Frédérick Gaudreau, la nouvelle coqueluche des partisans des Predators de Nashville, a déjoué Matt Murray des Penguins de Pittsburgh lors du... »

  • Repêchage: Alain Préfontaine se donne un A

    Phoenix

    Repêchage: Alain Préfontaine se donne un A

    En repêchant le meilleur joueur de son histoire, le Phoenix pouvait difficilement être déçu de sa séance de sélection. Puis en considérant également... »

  • Le Phoenix atteint ses objectifs

    Phoenix

    Le Phoenix atteint ses objectifs

    C'est avec le sourire aux lèvres que le directeur général Jocelyn Thibault a quitté le Harbour Station de Saint John samedi en fin de journée, fier... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer