Alexandre Audet à sa place sur un ring

Quelques mois de boxe ont suffi pour qu'Alexandre... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Quelques mois de boxe ont suffi pour qu'Alexandre Audet réalise qu'il avait trouvé le sport qui lui convient.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Magog) Une transition faite à la vitesse de l'éclair. Lorsque Alexandre Audet, à 17 ans, a accroché ses patins après sa dernière année midget au hockey, il cherchait une nouvelle discipline pour demeurer actif. Pour le jeune homme d'Ayer's Cliff, l'appel de la boxe est venu et à peine quelques mois après avoir enfilé des gants pour la première fois. Audet a immédiatement su qu'il serait à sa place dans le noble art.

Audet, qui évolue chez les 145 lb, sera la principale tête d'affiche du gala présenté par le club HIT Action samedi soir au Complexe sportif international de Magog. En finale, il croisera le fer avec Olivier Clermont du club Le Ring de l'Île-Perrot. Les deux combattants sont invaincus en boxe amateur, Audet en cinq combats et Clermont en sept. À noter que le jeune boxeur de 20 ans d'Ayer's Cliff est aussi invincible en trois combats de kick boxing.

« Mon intention est de me diriger éventuellement vers les arts martiaux. D'ailleurs, j'ai un combat prévu pas plus tard que le 17 juin à Ottawa. Je n'ai aucune difficulté à concilier l'entraînement des deux disciplines. Après tout, la boxe me sert également en kick boxing », affirme Audet.

Celui-ci n'a plus le temps de s'ennuyer du hockey. « Je suis dans mon élément à la boxe et dans les arts martiaux. Je ne pensais quand même pas m'adapter aussi rapidement. Je dois une fière chandelle à mon entraîneur Martin Grandmont. Je suis entre bonnes mains. »

Pour en revenir à son combat de samedi soir à Magog, Audet avoue ne rien connaître de son adversaire. « Je vais boxer selon mon style. J'aime être dans la face de mon rival, lui mettre de la pression. Et je suis capable de m'ajuster si le besoin s'en fait sentir », soutient celui qui n'est pas fâché de boxer devant les siens.

« C'est une petite pression supplémentaire, mais qui n'aime pas boxer devant son public et compter sur ses encouragements? Il faut juste que j'évite de vouloir trop épater la foule. Rester moi-même, ce sera déjà bon. Je n'ai pas l'habitude de faire des combats ennuyants », précise-t-il.

Quinze combats

Mentionnons que la carte du promoteur Martin Grandmont est bien remplie avec 15 combats et plusieurs clubs du Québec représentés. On aura droit, entre autres, à un combat féminin entre Mina Reyes et Julie Vaillancourt chez les dames 120 lb. Un autre combat qui risque de faire jaser est celui entre deux jeunes de 15 ans, soit François Ricardi de Montréal et Esteban Nadeau de Drummondville. Les deux athlètes ont une feuille de route impressionnante avec déjà 100 combats à leur actif, dont 70 par Nadeau, un nom à surveiller au Québec pour les futures années. Ricardi et Nadeau n'en seront pas à leur premier affrontement et la rivalité est déjà bien implantée entre les deux.

En demi-finale, deux Magogois tenteront de faire un maître chez les 165 lb : Éric Fréchette et Michaël Lessard. Ce dernier y allé d'une prédiction en conférence de presse. « Ça va frapper fort et le combat sera bref », a déclaré celui qui se voit dans le coin du gagnant.

Mentionnons que le premier combat débutera à 19 heures. Des billets seront en vente à la porte au coût de 35 $. On peut s'en procurer à 25 $ vendredi auprès des boxeurs ou au www.sportchrono.com.




À lire aussi

  • Alexandre Audet reste invaincu

    Sports

    Alexandre Audet reste invaincu

    Même s'il a décroché une sixième victoire en autant de combats depuis ses débuts à la boxe, Alexandre Audet d'Ayer's Cliff affichait une mine plus ou... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer