Antoine, le pêcheur affranchi

Le succès n'a pas tardé pour Antoine Gagnon,... (Photo fournie)

Agrandir

Le succès n'a pas tardé pour Antoine Gagnon, qui a capturé ce brochet dans la rivière Magog en pêchant devant la résidence de ses grands-parents. Sa soeur Léonie et lui mettaient en pratique les conseils qu'ils avaient reçus quelques heures plus tôt dans le cadre du programme Pêche en herbe.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Antoine Gagnon n'avait avalé qu'une bouchée en vitesse le midi avant de retourner sur le bord de l'eau, avec la nouvelle canne qui lui avait été remise le matin lors d'un atelier offert l'an dernier dans le cadre de la Fête de la pêche de Sherbrooke.

« Comme j'avais aussi reçu un permis, je n'avais plus besoin d'attendre mon père pour pêcher » me glisse fièrement le garçon de 10 ans.

Idem pour sa soeur cadette Léonie, qui s'était installée avec lui sur le bord de la rivière Magog, devant la résidence de leurs grands-parents chez qui ils étaient en visite.

J'ouvre une parenthèse : les gardes-chasse font preuve de jugement et ils ne mettent pas en infraction une bande de gamins pêchant sans permis, mais il est tout de même sain que ceux-ci apprennent à se soucier du respect des règlements.

Les lignes n'ont pas trempé à l'eau longtemps avant qu'Antoine ait à engager un combat avec un brochet. Un poisson vorace ayant la gueule pleine de dents.

« J'étais émue aux larmes de le voir se débattre avec un gros poisson comme ça », raconte sa grand-mère Denise Demers.

Un moment fort qu'Antoine a d'ailleurs choisi comme thème pour un exposé en classe.

« Nous devions parler de notre activité préférée et moi, c'est la pêche. Même avec la photo, mes amis ne croyaient pas que j'avais capturé ce brochet tout seul » ajoute le pêcheur affranchi, qui habite à Sainte-Thérèse.

La photo du petit débrouillard portant des gants d'adulte pour se protéger des morsures durant la séance de photo et pour la remise à l'eau rayonne de fierté et de bonheur.

Est-ce un beau cadeau que vos grands-parents vous ont offert, à Léonie et toi, en vous inscrivant au programme Pêche en herbe?

« Que oui! Pour moi, c'est toujours l'attention qui compte » répond Antoine avec candeur.

*****

Les bénévoles de la Fête de la pêche de Sherbrooke, de même que ceux qui s'enrôlent de la même façon pour initier des recrues ailleurs en Estrie, touchent leur chèque de paye dans un témoignage comme celui d'Antoine.

« Ça fait plaisir de savoir que notre implication est significative. Encore cette année, nous avons 550 permis de Pêche en herbe et autant de cannes. Si jamais il y a pénurie de matériel, nous offrirons des bobines fonctionnant sans canne et sans moulinet. C'est un moyen simple, efficace et convivial de pêcher qui est très répandu en Australie » précise le président du comité organisateur sherbrookois, Armand Paré.

« Multipliez le nombre d'années par le nombre de participants lors de chacune d'entre elles, et ça vous donnera une meilleure idée de ce qu'est l'impact de ce travail auprès des jeunes. Comme pêcheur, je m'intéressais à la Fête, mais j'étais loin de réaliser que sa portée était aussi grande afin de promouvoir l'offre de pêche le reste de l'année dans notre ville » constate l'homme d'affaires Dany Sévigny, président d'honneur de cette 18e édition à Sherbrooke.

Vous pourrez jusqu'à vendredi vérifier sur le site internet fetedelapeche.org s'il reste des places aux ateliers de Pêche en herbe pour les 6 à 17 ans. Ou alors prendre la chance de vous pointer sur l'un des lieux d'apprentissage, samedi ou dimanche.

C'est également sur ce site internet que vous trouverez les détails et règlements concernant les 20 truites étiquetées susceptibles d'être pêchées en fin de semaine, dans la portion de la rivière Magog se trouvant entre le centre-ville et l'ancien village de Rock Forest ainsi que dans l'étang Saint-François (voisin du Camping de l'île Marie). L'une de ces truites chanceuses pourrait valoir 10 000 $.

Des ensemencements de truite brune et de truite arc-en-ciel totalisant 30 000 $ auront été réalisés localement cette semaine, en prévision de cette grande partie de pêche se déroulant à la grandeur du Québec et à laquelle tous, petits et grands, peuvent participer ce week-end sans détenir de permis.

D'autre par, le site internet provincial de même que la page Facebook de la Fête de la pêche vous guideront vers les autres activités proposées par une quinzaine d'autres organisations de l'Estrie. Plusieurs d'entre elles offrent également le programme de Pêche en herbe destiné à la relève.

Sur place, vous y croiserez assurément d'autres petits Antoine. Et des Léonie, aussi!




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer