La sensibilité à éviter

Dès que les faons ont quelques semaines, ils... (Collaboration spéciale, Vincent Cotnoir)

Agrandir

Dès que les faons ont quelques semaines, ils se déplacent avec leur mère. La période des 15 premiers jours est cependant critique pour contrôler les pulsions des humains qui s'autoproclament parrains de petits n'étant pas orphelins.

Collaboration spéciale, Vincent Cotnoir

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Une maman m'a envoyé, il y a de ça plusieurs années, une photo de sa fillette tenant un faon sur ces genoux.

Tellement mignonne, cette photo, que je l'ai encore. Vous la montrer aurait cependant été un peu gênant pour la maman et pour l'enfant avançant en âge parce que c'est la dernière chose à faire!

Les agriculteurs de la région ont l'habitude de trouver en mai et en juin des faons camouflés dans l'herbe haute. Ils doivent redoubler de vigilance durant leur première récolte de foin s'ils veulent les épargner.

Les fermes ne deviennent pas pour autant des orphelinats. N'appelez pas la DPJ, les femelles réapparaissent régulièrement pour répondre aux besoins de leurs rejetons. Souvent l'un à gauche et l'autre à droite, car, même pour les portées doubles, disperser les petits est une technique de camouflage durant les premiers jours chez les cerfs. À force d'en être témoins, les travailleurs de ferme s'en font les complices en essayant de ne pas trop effrayer les bambins au pas chambranlant.

« En milieu périurbain, c'est plus compliqué. Lorsque des gens trouvent des faons dans une haie de cèdres ou sous une galerie, c'est plus fort qu'eux, ils s'en approchent. Ils croient à tort qu'ils ont le devoir de leur porter secours. Le meilleur service à leur rendre est de s'en éloigner », observe par contre le biologiste François Lebel, directeur de la faune terrestre au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP).

La mère se tient à distance, préférant attirer l'attention des prédateurs vers elle et ainsi épargner sa progéniture.

« Ces rapports plus distants durent d'une à deux semaines, le temps que les petits soient capables de suivre. Dès lors, les intrusions humaines deviennent plus rares. »

Si une collision routière fait d'une mère une victime, difficile de rester spectateur, non?

« C'est très différent. Dans ce cas, c'est même une obligation légale d'intervenir. En nous appelant, et non en apportant le cerf à la maison. »

L'odeur humaine rend un faon suspect au nez fin de sa mère. Si vous lui ajoutez des vapeurs d'huile ou de carburant durant une promenade en véhicule, vous lui rendez encore moins service.

« Sans dire que c'est une mort assurée, c'est un haut risque de rejet. C'est le pire des choix », insiste M. Lebel

Le permis à 10 $

Si le projet expérimental sur le cerf de Virginie qui commencera cet automne en Estrie est plutôt bien reçu, le permis supplémentaire qui coûtera 10 $ l'est beaucoup moins. Rappelons que pour chasser dans la zone 6 nord ou dans la 6 sud, celui-ci devra être acheté en sus du permis régulier vendu 56,31 $.

« Les revenus de cette contribution additionnelle des chasseurs financeront des services qui seront spécifiques au projet de restriction de la taille légale des bois (RTLB). Nous avons réalisé un inventaire aérien cet hiver et il y en aura un autre au terme de la période expérimentale dans cinq ans. Ailleurs, ces décomptes ne sont effectués qu'une fois aux huit ans », précise le biologiste.

Ce permis supplémentaire sera également une façon de suivre l'évolution du nombre de participants.

« Comme un permis régulier permet de chasser le chevreuil partout au Québec, sans ce permis spécifique, il nous aurait été impossible de tenir un registre sur le nombre de chasseurs actifs à l'intérieur du territoire expérimental », ajoute M. Lebel.

Personnellement, ces justifications me suffisent. J'achète.

Comme la chasse aux cerfs sans bois devient entièrement contrôlée avec l'émission de permis par tirage au sort, ajoutez 8 $ pour vous inscrire dans le boulier de la Sépaq avant le 31 et prévoyez 23 $ de plus si votre nom sort parmi les chanceux.

Juste en permis, on s'approche des 100 $! Les appâts et la location de terrain sont en sus.

Le prix de la viande de chevreuil grimpe autant que celui de la viande de boeuf.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer