• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Jeux de Sherbrooke : découvrir le plaisir de bouger 

Jeux de Sherbrooke : découvrir le plaisir de bouger

Plusieurs élèves ont profité des Jeux de Sherbrooke... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Plusieurs élèves ont profité des Jeux de Sherbrooke pour s'initier à l'haltérophilie, un sport non présenté dans les cours d'éducation physique, faute de matériel.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ann-Marie Roberge
La Tribune

(Sherbrooke) Escrime, haltérophilie, tir à l'arc, pêche à la mouche, boxe, biathlon... Voilà le genre de sports non traditionnels auxquels quelque 1500 élèves sherbrookois ont l'occasion de s'initier grâce à la première édition des Jeux de Sherbrooke. Et à voir les jeunes s'activer mercredi et leurs grands sourires, on peut certainement qualifier l'événement de réussite.

Organisé afin de promouvoir l'activité physique et le plaisir de bouger, l'événement sportif rallie pour deux jours - mercredi et jeudi - les élèves de 6e année de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, la commission scolaire Eastern Townships et les deux écoles privées de Sherbrooke, soit l'école Plein Soleil et Vision.

Plus d'une trentaine d'ateliers ont été mis sur pied pour l'occasion par différents organismes sportifs sherbrookois.

« C'est le fun de faire des sports qu'on ne peut pas faire en éducation physique parce qu'on n'a pas tout le matériel. J'ai hâte d'essayer l'escrime, car c'est un sport qu'on ne voit pas souvent », racontait Myriam, une élève de l'école des Deux-Rives, rencontrée au Centre de foires lors du passage de La Tribune.

« Il y a un côté compétitif, mais on participe pour le plaisir et pour apprendre », expliquait de son côté Carolane, également élève à l'école des Deux-Rives.

Pour les professeurs qui accompagnent leurs élèves, les Jeux de Sherbrooke représentent une occasion de faire le plein d'idées pour leur propre cours.

« C'est la découverte, c'est l'expérimentation. Je vais récolter les commentaires des élèves à la fin de la journée pour me donner des idées. Je pourrais faire des demandes à l'école pour faire des sorties afin de rejoindre leurs intérêts », commentait Édith Beaudry, enseignante en éducation physique.

En plus du Centre de foires, quatre autres sites sont utilisés pour l'événement, soit l'Université de Sherbrooke, le Centre multisport Roland-Dussault et l'aréna Eugène-Lalonde, le Cégep de Sherbrooke et l'Université Bishop's.

Chaque classe essaie trois trois sports différents qu'ils n'ont pas choisis préalablement. « Selon une logistique géographique et de transport, les écoles ont été associées à un site par le comité organisateur. Un horaire prédéterminé permettra aux élèves de participer à un sport le matin et deux l'après-midi », commente Vincent Boutin, conseiller municipal et président du comité du sport et du plein air de la Ville de Sherbrooke.

La première édition des Jeux de Sherbrooke a lieu grâce au fond du legs des Jeux d'été du Canada, qui ont eu lieu en 2013.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer