Défaite honorable des Harfangs

Les Harfangs de l'école du Triolet forment la... (Photo Hockey Canada)

Agrandir

Les Harfangs de l'école du Triolet forment la deuxième meilleure équipe de catégorie midget de tout le pays

Photo Hockey Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Il n'y a rien de gênant de perdre en prolongation lors d'une finale d'un championnat national. C'est avec la tête haute et une médaille d'argent au cou que les Harfangs ont quitté le Manitoba dimanche, au lendemain de leur défaite de 1-0 contre le Slash de St-Albert à la Coupe Esso.

Un but de Tyra Meropoulis sur le 45e tir des représentantes du Pacifique a mis fin au débat samedi soir. Malgré le goût amer de la défaite, l'entraîneur de l'équipe midget AA de l'école secondaire du Triolet se disait fier de ses joueuses.

« Il n'y a aucune honte à avoir, bien au contraire, a lancé Christian Thibault alors qu'il se trouvait en transfert aérien à Toronto peu après son départ de Morden. Par contre, on y croyait tellement. C'est très décevant. On voulait marquer le gros but en prolongation, surtout après la belle troisième période jouée par notre équipe. »

Les Sherbrookoises n'ont subi que deux défaites lors du tournoi et chaque fois, elles s'inclinaient par un but contre les championnes du Canada.

« On savait que l'on affrontait la meilleure équipe. Une équipe qui pouvait recruter ses joueuses un peu partout et qui comptait sur quatre trios pour disputer ces parties de 60 minutes, qui devenaient éreintantes. Nous, on avait un territoire à respecter pour former notre équipe et on n'avait que trois lignes. Certaines joueuses avaient également 17 ans à cause de la sixième année au secondaire en Colombie-Britannique. »

Un défi imposant

Sans nécessairement utiliser ces éléments comme excuse, l'entraîneur admet que le défi était imposant.

« La capacité d'adaptation de nos joueuses est assez impressionnante. Elles ont tout donné pour espérer battre le Slash. Personne n'a abandonné. Notre club s'est donné une chance de gagner. C'était possible de vaincre le Pacifique parce que tout se jouait en un seul match. Ce n'était pas comme une série quatre de sept par exemple. »

Si certaines joueuses ont profité de leur passage à la Coupe Esso pour se faire un nom, comme Chloé Gendreau, Zoé Thibault et la gardienne Michelle Thibault, le pilote sherbrookois tient à préciser que tous les membres de l'équipe ont contribué.

« Toutes les joueuses ont mis l'épaule à la roue et ont eu leur mot à dire dans la conquête de la médaille d'argent. Je suis très fier de l'ensemble de l'équipe. Le simple fait d'être la meilleure équipe au Québec était un exploit. On a vécu une année mémorable et on se souviendra longtemps de la dernière saison. On misait sur un groupe fantastique qui a réalisé de très belles choses », résume Christian Thibault.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer