• La Tribune > 
  • Sports 
  • > Coupe Dodge féminine : les équipes locales visent les sommets 

Coupe Dodge féminine : les équipes locales visent les sommets

Pierre Dubuc, gouverneur des Harfangs féminin, ainsi que... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Pierre Dubuc, gouverneur des Harfangs féminin, ainsi que Dominic Dagenais, gouverneur des équipes Rapides de l'Estrie, fondent de grands espoirs pour les équipes locales à la veille de la Coupe Dodge féminine, qui se déroule de jeudi à dimanche.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Pour la deuxième année consécutive, toutes les équipes féminines de Sherbrooke et de l'Estrie admissibles participeront à la Coupe Dodge, qui se déroule à Sherbrooke de jeudi à dimanche.

C'est donc dire que les trois équipes Harfangs catégorie AAA (pee-wee, bantam et midget), de même que les neuf équipes des Rapides de l'Estrie, catégorie simple lettre, auront toutes la chance de remporter les grands honneurs dans leur catégorie respective.

Si le hockey féminin est plus vivant que jamais en région, il nécessite tout de même une implication de tous les instants afin d'assurer sa pérennité à moyen et long terme.

Et en ce sens, la présentation de la Coupe Dodge féminine à Sherbrooke se veut une tribune extraordinaire pour la visibilité du sport.

« C'est un levier inespéré pour nous afin de recruter davantage de filles qui évoluent toujours au sein d'équipes masculines. On va organiser des activités de démarchage auprès des équipes simple lettre afin d'attirer les jeunes filles qui auraient le potentiel pour faire le double lettre », a indiqué Pierre Dubuc, gouverneur des équipes féminines Harfangs.

« Cette année, toutes les équipes de la LEQ (Ligue d'excellence du Québec) participent à la Coupe Dodge; au midget AA, l'équipe gagnante s'en va à la Coupe Esso, qui regroupe les six meilleures équipes féminines de cette catégorie au Canada. Dans les autres catégories, c'est davantage une question d'équité. Certaines régions avaient deux équipes, d'autres une seule. »

L'équipe pee-wee des Harfangs a 11 joueuses de première année; malgré cela, la Coupe Dodge est dans leur mire. Elle a terminé quatrième au classement.

« C'est une équipe très prometteuse qui, malgré sa jeunesse, aspire au titre. C'est encourageant pour l'an prochain, en tout cas », a dit M. Dubuc.

La formation bantam AA, quant à elle, fait partie intégrante du sport-études au Triolet. Une nouveauté.

« Ça nous a privés de certaines filles; voilà en partie pourquoi l'équipe a terminé dans le bas du classement. Les attentes sont moins élevées, une présence en carré d'as serait un objectif intéressant. »

Quant au midget AA, l'implantation d'un centre de développement régional au Triolet il y a deux ans, fut un catalyseur important. Il y a 10 centres du même type partout au Québec.

« Les filles peuvent ainsi bénéficier d'un entraînement spécifique pour elles; le niveau de jeu a augmenté, il y a une belle parité et c'est très compétitif. Les Harfangs sont premières au classement à l'issue des séries. Elle fait figure de favorite, au même titre que les Élites de l'Estrie, les Remparts de Richelieu et Québec », dit Pierre Dubuc.

Succès en catégorie simple lettre

Scénario similaire chez les équipes simple lettre d'ici. « Toutes nos équipes admissibles seront présentes à la Coupe Dodge; sept d'entre elle se sont qualifiées par les régionaux. C'est la deuxième année de suite pour nous. On a une bonne une structure et on est très bien supporté par Hockey Sherbrooke », a lancé Dominic Dagenais, gouverneur pour les équipes Rapides de l'Estrie.

« On a une bonne croissance au niveau des jeunes; c'est plutôt quand on arrive chez les bantams ou les midgets que le membership s'effrite. C'est plus dur alors de garder les filles. Le hockey féminin est fragile dans les catégories simple lettre; les filles sont davantage là pour le plaisir, plus que pour progresser ou vouloir accéder à un niveau supérieur. »

« C'est l'enjeu qu'on doit affronter; le bassin de joueuses n'est pas très grand. Voilà pourquoi on cherche à aller chercher les jeunes filles qui jouent dans le réseau masculin. Je n'ai pas les chiffres exacts, mais c'est considérable. Depuis l'an dernier, Hockey Sherbrooke oblige les filles à jouer dans leur calibre; on a réussi à garder quelques filles comme ça. »

Selon M. Dagenais, les Rapides atome A, midget A et Bantam A ont de bonnes chances de succès à Sherbrooke.

Les activités s'amorcent jeudi un peu partout à Sherbrooke.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer