Ma chaise pliante sur Sainte-Catherine

Il n'y a rien de gênant à miser... (Archives, La Presse)

Agrandir

Il n'y a rien de gênant à miser sur le meilleur gardien de but au monde pour remporter le championnat. Et la bonne nouvelle, c'est que Carey Price sera cette fois appuyé par l'un des meilleurs défenseurs de la LNH, un dénommé Shea Weber.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Je le sais. Les prochaines lignes m'attireront des ennuis. Je suis déjà prêt à recevoir vos courriels et à entendre vos railleries. Mais j'assume le tout. Cette année, c'est la bonne. Le Canadien de Montréal gagnera la Coupe Stanley (bruit de criquet)...

Pourquoi miser sur le Canadien alors que les Blackhawks de Chicago, les Capitals de Washington, les Penguins de Pittsburgh ou les Ducks d'Anaheim semblent largement favoris selon certains grands savants du hockey?

Parce qu'il n'y a rien de gênant à miser sur le meilleur gardien de but au monde pour remporter le championnat. Et la bonne nouvelle, c'est que Carey Price sera cette fois appuyé par l'un des meilleurs défenseurs de la LNH, un dénommé Shea Weber. Ensemble, ils ont gagné la Coupe du monde l'an dernier. Probablement les deux membres les plus utiles de l'équipe canadienne.

La présence d'un leader comme Shea Weber fera toute la différence. Un joueur bâti pour les séries. On s'est d'ailleurs fait répéter durant les derniers mois que le CH s'est justement doté de plusieurs joueurs fabriqués dans ce moule : Andrew Shaw, Dwight King (alias le fantôme du Centre Bell) et Jordie Benn. Des joueurs habitués de jouer dans l'Ouest, là où le hockey des séries est TELLEMENT plus « intéressant, intense, physique, rapide » et j'en passe. À un point tel que c'est une équipe de l'Est qui a soulevé le précieux trophée la saison passée...

La dernière fois que le CH avait une réelle chance de planifier un défilé sur la rue Sainte-Catherine, les Rangers de New York avaient trouvé le moyen d'éliminer le Tricolore pour passer en grande finale : en blessant Carey Price. Cette fois Carey est en grande forme.

Le Bleu-Blanc-Rouge avait également accueilli un joueur de location important en Thomas Vanek. Cette saison, il mise plutôt sur de robustes attaquants qui ne sont que de passage, mais surtout, sur un nouveau joueur d'énergie qui pourrait s'avérer important lors de la valse printanière : Alexander Radulov, obtenu gratuitement cet été et dont le salaire est plutôt intéressant.

Si Marc Bergevin ne croit pas aux « fenêtres d'opportunité », moi oui. Et voilà une belle occasion de profiter de Carey Price à un salaire décent et des aubaines importantes que représentent aussi Max Pacioretty, Alex Galchenyuk, Paul Byron, Philipp Danault et Brendan Gallagher.

La défensive du Tricolore, lorsque complète, peut mener l'équipe vers les grands honneurs. Andrei Markov rend encore de fiers services. Jeff Petry peut assurer. Shea Weber est un excellent général à la ligne bleue et le Canadien profite d'une belle profondeur.

Finalement, la présence de l'un des meilleurs entraîneurs du circuit, Claude Julien, ne peut pas nuire.

Le seul élément qui m'inquiète : la force de frappe à l'attaque. Pour gagner, ça prend des buts. Est-ce que Pacioretty, Radulov, et Galchenyuk assureront? Est-ce que Plekanec et Gallagher sortiront de leur hibernation au bon moment? Mais pourquoi marquer trois buts et plus par match quand Carey en accorde seulement 2,2 par rencontre?

Chers partisans, je sais que vous l'attendez depuis 1993. Que vous l'espérez chaque année depuis ce jour du 9 juin. Soyez optimistes et croyez-y. Ma chaise pliante est installée au centre-ville de Montréal. Vous devriez déjà réserver votre place. Juste au cas...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer