Simon Lemire tente sa chance en Europe

Parti de Sherbrooke à l'âge de 14 ans afin de porter les couleurs de l'Académie... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Parti de Sherbrooke à l'âge de 14 ans afin de porter les couleurs de l'Académie de l'Impact de Montréal, Simon Lemire a vu l'organisation mettre un terme à l'existence de sa filiale USL, obligeant ainsi le jeune athlète à se trouver une nouvelle équipe. Et c'est en Europe que le Sherbrookois de 20 ans tentera sa chance.

« Je pars vers la région parisienne en espérant me trouver un poste dans une équipe de soccer professionnelle, indique l'ancien du FC Montréal. J'ai obtenu des essais à différents endroits en France au niveau national ou en Suisse par exemple, dans la division 1 ou 2. Ce ne sera pas facile, mais je veux vivre cette expérience. »

Afin de se préparer, Lemire a gardé la forme au gym Spiral Fitness et avec l'équipe semi-professionnelle de Longueuil.

« Je n'avais pas un groupe stable avec lequel m'entraîner chaque jour depuis la fermeture du FC Montréal et je tenais à arriver au sommet de ma forme en Europe question de mettre toutes les chances de mon côté. J'étais très déçu d'apprendre la mauvaise nouvelle concernant la filiale de l'Impact, mais dans le monde du sport, ce sont des choses qui arrivent. Ça me permettra de vivre de quoi de différent loin de chez moi. »

Rude compétition

La compétition sera féroce et Simon Lemire le sait.

« Le bassin de joueurs est énorme. Percer dans le monde du soccer en Europe est tout un défi. J'ai quand même hâte de voir à quel point le niveau de jeu sera relevé. J'espère évidemment attirer l'attention et je ferai tout pour épater la direction des différents clubs en espérant décrocher un contrat. »

Inspiré par son bon ami Jérémy Gagnon-Laparé, maintenant rendu en Bretagne au sein d'une équipe de quatrième division, Simon Lemire refuse de se fermer des portes.

« Jérémy est mon idole en quelque sorte. Il n'y a pas une journée durant laquelle on ne se parle pas. Il a persévéré dans le monde du soccer, avec l'Impact entre autres, et il n'a presque pas eu de temps de jeu avec le grand club, ce qui ne l'a pas empêché de continuer à garder la tête haute et il tente de gravir les échelons en Europe. Je devrai aussi faire mes preuves et je ne m'attends pas à ce que ce soit facile. On ne peut jamais nous asseoir sur nos lauriers dans ce sport », termine l'arrière-droit de 20 ans.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer