Jeudi de magasinage

La Sépaq déclenche à compter d'aujourd'hui la seconde... (Photo fournie par la Sépaq, Steve Deschênes)

Agrandir

La Sépaq déclenche à compter d'aujourd'hui la seconde étape de son processus de réservation des séjours de chasse au gros gibier dans les réserves fauniques en prévision de l'automne prochain. L'intérêt est à la hausse pour l'orignal, mais décline pour le chevreuil.

Photo fournie par la Sépaq, Steve Deschênes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / Si le tirage au sort vous a favorisé, votre forfait de chasse au gros gibier dans une réserve faunique est probablement déjà confirmé pour l'automne prochain. Si, par contre, vous n'étiez pas parmi les inscrits ou vous retrouviez parmi les « frappeurs suppléants » placés sur la liste d'attente, c'est la journée du magasinage intensif.

La Sépaq passe à compter d'aujourd'hui en mode réservation grand public des séjours encore disponibles pour l'orignal ou le chevreuil. Les chasseurs familiers avec la formule ont surveillé à distance les opportunités dans le territoire qu'ils convoitent afin d'être parmi les premiers « à dégainer ». Bon réflexe, car la concurrence est de plus en plus vive.

Pour une deuxième année consécutive, le nombre de postulants pour l'orignal a augmenté de 5 pour cent. Un intérêt croissant qui a poussé les confirmations à la hausse.

« Entre 90 et 95 pour cent de l'offre est déjà comblée. Malgré cela, il reste quelques séjours disponibles dans des réserves très convoitées », rapporte Élaine Ayotte, du service des communications de la Sépaq,

À la veille de la deuxième étape de commercialisation, c'était notamment le cas pour la réserve faunique de Rimouski, où trois groupes de chasseurs sur quatre ont récolté un orignal à l'automne 2016. Là comme ailleurs, les meilleurs territoires trouvent preneurs en premier. Mais des séjours y étaient encore ouverts pour des secteurs où le taux de succès a été supérieur l'an dernier à la moyenne de 61 pour cent enregistrée pour l'orignal dans l'ensemble des réserves fauniques de la province.

Au bas de la page d'accueil du site sepaq.com, référez-vous à l'onglet « Disponibilités pour la saison 2017 ». Cet inventaire est fréquemment mis à jour.

Il est relativement simple en élargissant vos recherches de trouver une solution de rechange, même dans un endroit où vous n'avez jamais mis les pieds. Après avoir choisi une réserve, vous trouverez l'historique de chasse ainsi que la cartographie pour chacun de secteurs à l'onglet « Information ».

Avec un plan B, vous ne perdrez pas votre priorité si on vous informe que votre premier choix n'est plus disponible au moment de traiter votre demande. Le service téléphonique centralisé sera offert durant toute la journée de jeudi à compter de 9 h au 1-800-665-6527 option 3. Dès vendredi, il sera préférable de communiquer directement avec les réserves.

On pourrait croire que le désolant déclin du cheptel d'orignaux en Estrie incite de plus en plus de chasseurs à délaisser la région pour se tourner vers les réserves fauniques. Il n'y a pas de mouvement de masse perceptible à travers les inscriptions au tirage au sort en provenance de la région. Ce nombre se maintient autour de 2500 participants.

Si la chasse à l'orignal gagne en popularité dans le réseau de la Sépaq, c'est le contraire pour le cerf de Virginie. Il y a un recul de l'ordre de 25 pour cent des inscriptions et des réservations dans les quelques réserves où cette chasse est permise.

Rappelons par ailleurs que ce n'est pas avant le mois de mai qu'aura lieu le tirage au sort relevant de la Sépaq pour les permis de cerfs sans bois qui seront émis en 2017 dans les différentes zones de chasse de l'Estrie. Le nombre de ces permis n'a toujours pas été fixé Québec.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer