À l'assaut de Québec

L'équipe des Harfangs/Phoenix : les gardiens Rémi Delafontaine... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

L'équipe des Harfangs/Phoenix : les gardiens Rémi Delafontaine et Tyler Medina et les joueurs Emrick Barabé, Carl-Étienne Michel, Antoine Gévry, Jérôme Raymond (entraineur), Jérémie Dumas, Nikolas Davignon-Kasny, Julien Paillé, Mathis Perron, Isaac Tremblay, Charles Côté, Jacob Richard-Watson, Antoine Joseph, Alex-André Perron (entraineur), Thomas Bégin et Charles Cléroux. Absents de la photo, Mathis Dufour et Charles-Étienne Lamy.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) « On s'est fixé comme objectif de se rendre jusqu'aux quarts de finale, soit de jouer quatre matchs. C'est un objectif très réalisable. Et à partir de là, tout est possible. »

L'équipe pee-wee AAA majeur des Harfangs de l'école secondaire du Triolet et son entraîneur-chef Alex-André Perron seront à Québec à compter de mercredi afin de participer à la 58e édition du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec, où ils disputeront leur premier match contre l'Océanic de Rimouski, à 14 h 15.

Sous les couleurs du Phoenix de Sherbrooke, l'édition 2016-17 des Harfangs veut surpasser les résultats obtenus l'an dernier alors que l'équipe sherbrookoise avait disputé deux matchs à Québec.

« On parle de ce tournoi depuis longtemps, depuis le début de la saison en fait, et notre objectif était de se qualifier pour la grosse classe, ce que nous n'avons malheureusement pas réussi à accomplir. On se retrouve donc dans la petite classe (classe AA-Élites) où il y a quand même du très bon calibre », estime l'entraîneur Perron.

« Et plus spécifiquement, depuis quelque temps, on prépare les gars à tous les scénarios possibles à propos des distractions que l'on pourrait rencontrer là-bas : jouer au Centre Vidéotron, devant des foules impressionnantes, jouer contre des équipes américaines ou européennes, croiser des caméras, des journalistes. Ça fait partie des éléments que l'on veut contrôler. »

« L'objectif est donc de jouer samedi soir; mais on est conscient que le format du tournoi de Québec est un peu spécial; si tu perds ton deuxième match, c'est terminé. En même temps, on n'a pas mis tous nos oeufs dans le même panier pour ce tournoi. La finalité de la saison, ce sont les séries de fin de saison et la coupe Dodge. Québec, c'est un examen, un test, pour voir comment on va réagir dans ce genre de situation qui diffère de ce que l'on vit pendant la saison. »

Les Harfangs connaissent une saison 2016-17 intéressante; avec une fiche de 21 victoires, 7 défaites et 5 verdicts nuls (incluant les tournois), ils occupent le quatrième rang à l'échelle provinciale.

Au sein de la Ligue d'excellence du Québec, les Harfangs sont au deuxième rang de la division centre, quatre points derrière les Gaulois d'Antoine-Girouard.

Si l'entraîneur Alex-André Perron en est à une première expérience à Québec, le joueur, lui, a connu l'ambiance électrique dans laquelle Québec baigne pendant le tournoi.

« Je suis originaire de l'Abitibi, alors on avait la chance d'être hébergé à Québec pendant le tournoi. J'ai donc vécu le vibe à temps plein. On s'était rendus jusqu'au samedi, avec les Foreurs de Val-d'Or et ce sont des souvenirs qui restent pour toujours », dit le jeune homme de 24 ans.

Jouer avec l'avantage

Forts d'une solide saison, les Harfangs forment une équipe rapide et sans complexe, confirme l'entraîneur.

« On a une très bonne équipe et nos résultats le démontrent. On a perdu en finale au tournoi de Gatineau et en demi-finale à Waterloo. On aime jouer avec l'avance dans le match, et on gère bien ces situations. C'est un bon avantage, je crois, que l'on retrouve rarement à cet âge », précise l'entraîneur.

Parmi les joueurs à surveiller, Alex-André Perron souligne le travail de son duo de gardiens de but.

« Rémi Delafontaine et Tyler Médina sont très performants cette saison et Rémi est un joueur clé de notre équipe. Je pourrais aussi parler du jeu solide de nos généraux à la ligne bleue, Carl-Étienne Michel et Charles Côté, et du jeu inspiré du trio formé de Mathis Dufour, Julien Paillé et de Nikolas Davignon-Kasny. J'aime beaucoup aussi l'apport de nos deux joueurs de première année, Médina et le défenseur Jérémie Dumas, deux joueurs exceptionnels. Sans eux, notre succès ne serait pas le même. »

Des joueurs motivés

« Il faut approcher ces matchs à Québec comme si c'était des matchs de saison régulière, afin de ne pas trop se mettre de pression. C'est comme si on jouait au Palais des sports », suggère le gardien Rémi Delafontaine.

Satisfait de son jeu individuel depuis le début de l'année, il indique que l'équipe passe avant tout.

« Ça va assez bien pour moi, j'ai des bons matchs et des moins bons. Mais je fais passer l'équipe en premier, et non mes statistiques. On a tous hâte de jouer à Québec, mais l'objectif ultime, c'est la coupe Dodge et le tournoi des champions à la fin de la saison. »

« C'est certain que c'est un peu stressant, de penser qu'on va jouer à Québec, au Centre Vidéotron; ce sera comme jouer au Centre Bell! On va jouer contre des équipes de partout! On a une équipe qui a un bon jeu collectif et on veut jouer le plus de matchs possible », annonce l'attaquant Davignon-Kasny.

À sa deuxième expérience à Québec, le capitaine Carl-Étienne Michel sera là pour ramener ses coéquipiers sur terre.

« On se rend rapidement compte que ce n'est pas si pire que ça; il faut se concentrer sur le match à jouer et oublier les distractions. On a une bonne saison jusqu'ici, on a des chances de se rendre loin. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer