Exclusif

Le doute chasse les certitudes

Alors qu'un porte-parole du ministère de la Forêt,... (Photo fournie par Marie Duval)

Agrandir

Alors qu'un porte-parole du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs fournissait l'assurance avant les Fêtes que les nouvelles règles de chasse au chevreuil devant s'appliquer en Estrie à compter de 2017 ne se retrouveraient pas coincées dans la machine administrative en raison de la grève des avocats du gouvernement, des inquiétudes manifestées à l'interne véhiculent le contraire. Québec ne veut toujours rien confirmer.

Photo fournie par Marie Duval

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Larochelle
La Tribune

(Sherbrooke) CHRONIQUE / L'assurance donnée avant les Fêtes ne tiendrait plus, ou si peu. Ce sont plutôt des doutes qui se propagent à Québec à propos des nouvelles modalités de chasse pour le cerf de Virginie devant s'appliquer à compter de l'automne prochain en Estrie et faire école pour la province.

Selon les informations obtenues par La Tribune, la grève des juristes, qui se prolonge à Québec, soulève de plus en plus d'inquiétude au sein de l'équipe du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs (MFFP) qui pilote le projet expérimental sur la restriction de la taille des bois (RTLB) devant être mis à l'essai à compter de 2017, et ce pour une période de cinq ans, dans les zones 6 nord et 6 sud couvrant une bonne partie de la région.

À la fin du mois de novembre, un porte-parole du MFFP, Jacques Nadeau, avait pourtant été catégorique en écartant tout risque que ce conflit de travail vienne changer les plans.

« Les chasseurs peuvent tenir pour acquis que ce nouveau mode de gestion sera appliqué, comme prévu, à compter de l'automne 2017 en Estrie », avait-il déclaré.

Or, au moment où M. Nadeau fournissait cette assurance publiquement, de la correspondance émanant du Ministère évoquait ouvertement cette possibilité. Autre signal allant dans le même sens, les instances régionales sont toujours en attente d'une convocation à une rencontre qui était prévue avant les Fêtes afin de peaufiner le plan de communication.

Les certitudes que le relationniste du Ministère donnait il y a deux mois manquent soudainement de conviction.

« Nous avons toujours bon espoir de pouvoir aller de l'avant », se limite à dire M. Nadeau, sans vouloir expliquer pourquoi les gestionnaires de la faune mettent autant de temps à confirmer et à annoncer la teneur de tous les changements inhérents au nouveau mode de gestion que le Ministère veut tester en Estrie.

Parmi les intentions déjà confirmées, une nouvelle règle interdira la récolte des daguets (Spike), les cerfs juvéniles d'un an et demi comptant actuellement pour plus des deux tiers de la récolte des mâles par les chasseurs. En visant à développer une chasse qualitative, Québec permettra seulement d'abattre les mâles ayant un panache comptant au mois trois pointes d'un côté.

Tout comme ils l'ont fait il y a quelques années dans la zone 4, les gestionnaires fauniques veulent éliminer la récolte universelle de femelles et de faon durant la saison de la poudre noire. Outre pour l'arc et l'arbalète, seuls les détenteurs de permis obtenus par tirage au sort pourront abattre un cerf sans bois avec une arme à percussion ou encore avec une arme à chargement par la bouche. La post-saison de poudre noire doit également être déplacée, pour devancer celle de l'arme à feu.

Même si toutes ces propositions ont déjà fait l'objet de consultations, que ces orientations semblent clairement énoncées, on n'en retrouve toujours pas la moindre indication sur le site internet du Ministère. Les règles autant que les périodes de chasse annoncées pour 2017 sont toujours celles correspondant au mode de gestion conventionnel.

L'automne dernier, au moment où l'intérêt a atteint son zénith et alors que ce sujet alimentait les discussions entre chasseurs dans les camps, le Ministère a refusé de dévoiler quoi que ce soit, prétextant que les nouvelles modalités devant s'appliquer en 2017 risqueraient d'être source de confusion durant la saison de chasse 2016.

La situation peut difficilement être plus confuse!

La planification des vacances, le magasinage de terres à louer ou pour acheter nouvelle arme, vous pensez que ça commence seulement après les vacances d'été?

Les tirages au sort organisés par la Sépaq ne sont pas encore démarrés pour le cerf de Virginie, mais faudra-t-il attendre la veille pour recevoir l'information et se faire une tête sur la question?

Au fait, y a-t-il un pilote dans l'avion?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer